Ah, mais c’est bon ça!!

En me promenant sur Hellocoton, je trouve ce blog qui parle de cette fille. Et là paf, j’aime, j’adore, je kiffe. Bon je crois qu’en même temps je suis dans la cible de son univers graphique : du retro sexy sans être SG, c’est banco. Et une petit musique pop qui chatouille mes oreilles, je valide à mort. Je ne suis pas la seule puisqu’à priori elle est en tête des charts américains. Le texte (que je comprends, ça me change) est du très basique : « j’ai embrassé une fille, et j’ai aimé ça », ça doit brancher les pubères américains :)

Je vous conseille également Ur so gay, absolument entêtant. Mais il me fallait bien ça après une grosse période de Cindy Sander

Volume, le nouveau magazine des Inrocks…

Les gens de chez Tribeca ont eu la gentillesse de me faire parvenir un exemplaire du nouveau magazine des Inrocks : Volume. Un mensuel qui tombait à pic puisque je partais à Berlin et que la langue de Goethe n’est pas mon fort. J’ai donc pu lire avec plaisir ce nouvel opus parlant de musique et j’ai apprécié le reportage consacré à Radiohead (ces gens sont fous).

 

 

Volume, le magazine de musique avec des lettres (au contraire des notes quoi… Ahem) :)

Wonderbox, ou le service client en carton…

Allez, ça faisait longtemps que je n’avais pas râlé. Et c’est sur eux que ça tombe ^-^

Alex et moi sommes domiciliés financièrement dans la même banque (on a un compte joint quoi). Il m’a d’abord rejoint dans le cadre d’un parrainage pour un compte de célibataire. Comme le service marketing de cette banque fait bien les choses, j’ai eu le choix entre  une senseo ou un coffret cadeau d’activités diverses et variées. Ayant déjà une senseo, j’ai donc choisi l’option massage anti stress à travers le système de box (un bon d’achat valable auprès de plusieurs enseignes partenaires).

Sauf qu’au lieu de recevoir des papouilles, j’ai reçu du saut à l’elastique. Me connaissant, les trucs à sensations c’est pas du tout mon truc : je me crispe, je deviens toute blanche, j’ai l’impression que je vais mourir. Alex n’est pas plus emballé par le truc et la date de consommation arrive à péremption (quand on laisse traîner le truc dans un coin, ça n’aide pas).

J’écris donc à Wonderbox pour connaître les démarches en terme d’échanges. Réponse relativement rapide puisque je reçois un mail type avec les procédures à effectuer : écrire un courrier (ah, je vous ai pas déjà érit un mail?), renvoyer le chèque cadeau, une copie de ma carte d’identité, un chèque de 22 euros pour gestion de dossier et frais de port et le tout en accusé de réception…

WTF? 22 euros? Pour un truc qu’on m’a offert? 7 euros de frais de port à l’heure du mail??? Tout ça pour un truc qui vaut 50 euros? Y’aurait pas une couille dans le potage là? Je trouve ça vraiment abusé. C’est du même genre que : on t’offre une robe trop grande pour ton anniversaire et pour pouvoir l’échanger, il faut que tu paies la moitié de son prix. Alors je vois certains qui me diront sur 50 euros, t’en paies que 22, c’est pas cher. Certes, mais à la base, j’étais censé ne rien payer du tout et surtout me faire plaisir et me sentir bien…

Donc j’échange ce super coffret à qui le veut (je suis tellement enervée que j’ai presque envie de le mettre à la poubelle) contre un sac H&M ou des spartiates rouges vues à Bastille (à la base, j’étais censée me faire plaisir, alors, je compense comme je peux). Coffret Adrénaline valeur 49,50€ à utiliser avant le 30 juin.

Le poil…

(J’imagine votre tête à la vue du titre, hé hé hé hé ^-^)

C’est un fait, depuis que j’ai gouté au système pileux masculin (sans partir dans un délire Demis Roussos), j’ai du mal à revenir aux mecs glabres sans un frisottis sur le torse. Tout ça pour dire qu’en ce moment, quand je gribouille (genre conversation au téléphone avec un stylo dans les mains), je finis par faire des trucs qui ressemblent à n’importe quoi. Là, c’est ma période moustache, plus du style l’inspecteur Valentin qu’Adolph.

Si, ça continue, je vais finir par aller rejoindre le Paris Moustache Club. ^-^