La bloggosphère réduit le degré de séparation…

Si vous avez vu le très chouette premier film de Will Smith « 6 degré de séparation » et si vous pratiquez le réseautage bloggosphérique, vous aurez peut être remarqué un fait : dans la bloggo, on connaît toujours quelqu’un qui connaît quelqu’un.

Ce qui réduit très fortement le 6 degré de séparation à 1, 2 ou 3 degré maximum. Preuve flagrante hier soir : l’une des personnes présentes qui co-tient topito est en coloc avec Marlou, l’ancienne coloc de Lâm. 2 degrés de séparation.

L’une des autres personnes présentes connaît elle Patrice. Paf, 1 degré de séparation.

Quant aux demoiselles voisines de tablées, on se connaissait via une autre personne qui nous a mis en relation. Et bim, à nouveau 1 degré de séparation.

C’est dans ces cas là que je me dis que la bloggo française est un microcosme. Tu connais toujours quelqu’un qui connaît quelqu’un, c’est la joie de ce beau réseau. Sans compter que la bloggo est très proche des entreprenautes, ces entrepreneurs du web qui tiennent un blog (ou pas). Le réseau de la bloggo, ce n’est pas que des gens qui écrivent des notes, mais bien souvent deviennent acteurs dans le web d’une manière ou d’une autre.

Au final, j’ai sans doute quelqu’un qui connaît directement Orianne Garcia (mon Loïc Lemeur à moi, je sais, je me répète), ou encore tété (qui tient un blog aussi), ou encore Laure Manaudou qui a tenu son blog également.

Après la question à se poser, c’est que faire de ce réseau ; parce que je ne vois pas trop quoi faire de cette information en l’état vu que je ne suis pas du genre à demander des autographes :)

C’est bon pour le moral…

Pas pour le mien, mais pour les enfants qui en bénéficieront : Pénélope vient de lancer Mon beau sapin pour la Croix Rouge et ce pendant un mois. Chaque visite sera comptabilisée et sera transformé au final en argent sonnant et trébuchant pour offrir des cadeaux noël aux petits enfants.

Une belle initiative comme ça, ça serait dommage de ne pas en parler :) Et je vous conseille bien sur d’en parler au plus de monde possible!!!

Viendez tous rencontrer l’équipe de 9irl5 samedi!!

Samedi 8 novembre, on squatte un bout de loft toute la journéé (de 10h à 20h) avec les copines de 9irl5 (un gros merci à Loft in Game au passage qui nous prête un espace ; auprès de qui vous pourrez tester tous plein de jeux comme Tomb Raider ou Guitar Hero entre autres). On pourra vous présenter en avant première Miror’s Edge, jouer à la DS (on raménera les nôtres et des jeux en plus), boire du thé (nous sommes sponsorisées par Kusmi Tea, oui Madame) et gagner des trucs de geekettes :)

Si l’envie vous dit, vous pouvez vous aussi annoncer à la terre entière que vous êtes complétement pour que les filles poutrent du zombie et qu’elles restent féminines en balançant cette très jolie bannière faite de mes petites mains sur votre blog en copiant collant ce code :
<center><a href= »http://www.loftingame.com/ »><img src= »http://www.larcenette.fr/wp-content/uploads/2008/11/banner9irl5-3.gif »></a></center>

Bien sûr pour vous inscrire, c’est ici et vous êtes les bienvenues :)

(on ne jettera pas de cailloux aux garçons, promis ^-^)

Quantum of dé-solace

(oui je fais des jeux de mots pourris entre un territoire de wow et le titre du dernier James Bond, mais si vous connaissiez le désolace, vous comprendriez).

Donc je suis allée voir le dernier James Bond. Avec empressement, enthousiasme, attente, grandes espérances et tout et tout. Parce que j’ai bien aimé le dernier Casino Royale, même si certains criaient au scandale, que ce n’était plus du James Bond, que l’acteur était trop body buildé, trop blond, trop cynique, pas assez anglais, trop voyou, trop free runner ou runner tout court… On aurait pu lui trouver tous les défauts de la terre, moi le précédent James, j’avais vraiment accroché. J’ai même eu l’impression de redécouvrir un personnage avec qui j’ai grandi (c’est un peu comme star wars au final en terme de symbole).

D’ou mon attente intense du suivant.

Et d’ou ma moue très dubitative en sortant.

J’ai tout simplement trouvé le dernier opus de Bond creux et vide de toute substance bondesque. Des scènes de combat comme le précédent mais qui ne faisaient pas forcément lien avec le scénario, fade au passage comme une purée mousline coupée à l’eau, sans sel ni noix de muscade. On cherche le rapport entre certains personnages et leurs pertinences ; et ô trahison, le personnage de Q et ses gadgets ont définitivement disparu de la circulation.

Ça reste un film d’action regardable,mais de là à lui accolé l’étiquette James Bond, je trouve ça un peu léger si vous voulez mon avis.

J’ai juste trouvé mignon que l’agent Fields, la rouquine qui meurt (il faut toujours un quota de filles qui meurent, c’est la règle) ait comme prénom Strawberry. Oui, j’ai jeté un oeil à la fin pour connaître la distribution des rôles. Strawberry Fields forever, le prochain James? :)

Mais bon, entre la crise financière, les bonbons chinois fait avec du plastique, la vache folle, la mort de Soeur Emmanuelle, la poupée Vaudou de Sarkozy, Mickael Vendetta, nous vivons une triste époque si même des valeurs telles que James Bond se perdent…