Je n’aime pas Olivier Martinez…

Ni la décision de justice rendue pour fuzz

Je fais écho à la patate chaude de BeFaure... Et puis comme je n’allais pas faire un copié collé ici, je vous donne le lien d’une note postée chez laFraise

(et si vous saviez à quel point je me retiens d’être langue de pute… ahhhh… c’est frustrant…)

Commentaires

  1. a écrit

    ouaip j’ai passé la soirée hier avec entre autres Camille et Laurent de croix-rousse.net condamnés eux aussi (mais un peu moins qu’Eric en terme financier apparemment). je comprends pas trop la justice. En plus il me semble que l’ »acteur » (je mets des guillemets parce que vu son besoin d’argent je suis pas sûr qu’il tourne encore et en plus j’ai pas vu son nom sur une affiche de cinéma depuis un bail) n’a pas attaqué yahoo site qui a effectivement publié l’info. On voit le courage de ce bip d’autocensure synonyme de personne faisant preuve de peu de courage (et c’est une litote)

    (tu modères si tu le juges nécessaire Sophie)

  2. Nannig a écrit

    Ce qui choque particulièrement c’est le « tri » dans les sites en effet, parce les site « d’information », l’AFP en tête, on repris la même info… sans être inquiétés! Ce qui est « rassurant » c’est qu’apparement les medias parlent de cette affaire en s’indignant. Mais bon après est-ce que ça va changer le truc…

    Ceci étant dit ce n’est pas non plus nouveau : je ne sais pas si vous vous rappelez mais autrefois, au XXème siècle (99 is je ne m’abuse) y’avait eut un problème similaire entre Estelle Hallyday et Altern.org, un hébergeur de site web gratuit sans pub (le rêve quoi!) : Estelle Hallyday avait attaqué l’hébergeur pour un site perso avec des photos d’elle nue et non l’auteur du site, alors que l’hébergeur avait fermé le site de suite. A la suite de quoi le propriétaire d’Altern.org, qui avait écopé d’une ammende astronomique (en centaines de milliers d’euros si je me souviens bien), avait dû fermer son hébergement…

  3. Larcenette a écrit

    jahzz > ben en heureusement que le juge a fait plus une condamnation symbolique (meme si 2500 euros c’est pas rien) quand même. Mais il n’est pas allé dans le sens du demandeur, parce que 35000, c’est un peu prendre la justice française pour une vache à lait.

    Joelle > ah mais, je ne remets pas en question le droit à la vie privée, au contraire même, je suis ud genre la première à râler avec ces journaux à deux balles qui diffusent tout et n’importe quoi.
    Simplement, autant l’avocat de Laure Manaudou a contacté directement les diffuseurs des photos et on n’en plus parlé, autant là, c’est mettre tous les médias dans le même sac. Maintenant le cas par cas n’existe pas forcément.

    Bref, je prends des cours de droit en ce moment, et quand Maître Eolas parle de droit, j’arrive à comprendre plus ou moins de quoi il parle :)
    Nanning > Faut que tu ailles lire les échanges de commentaires à la fin, et tu vas apprendre plein de trucs (moi aussi pour le coup) http://www.lafraise.com/contest.php?blogitemid=10091&op=lafraise_blog&lang=fr#c

  4. Joelle a écrit

    mais le fait de demander de retirer les liens, comme l’a fait l’avocat de mannaudou est un « usage » de politesse qui sauf erreur de ma part n’est absolument pas obligatoire.
    Et le choix d’être gentil en demandant d’abord le retrai du lien, c’est le choix de la personne qui estime qu’il a été porté atteinte à son droit en l’occurrence Martinez.
    Et ça ne dispense pas des poursuites par la suite.
    ça permet juste de faire cesser l’atteinte au droit, qui elle reste indemnisable si elle est reconnue par la suite par les trinunaux.

    Là où se trouve le vrai débat de cette affaire à mon sens c’est qu’il responsabilise chacun sur son contenu online.
    La réaction disproportionnée de cet acteur a ouvert les yeux sur les conséquences non pas seulement de ce qu’on écrit mais aussi de ce que l’on publie.

    En ce sens en parlant de quelqu’un qui se reconnait et pourrait être reconnu par d’autres, nous portons potentiellement atteinte à sa vie privée.

    Or c’est ce que nous faisons tous sur nos blogs respectifs…

    Pour en revenir au cas particulier des sites de type Kopicol, reste à savoir si l’éditeur (Presse citron) aurait un recours possible contre l’auteur du lien (ce qui semblerait logique) et s’approcherai de la responsabilité en matière de droit du travail où l’entreprise peut se retourner contre un salarié fautif.
    A creuser, j’avoue, j’en sais rien.

  5. frederique/fredoche a écrit

    Je plussoie Joelle.
    En ajoutant que personnellement, je déteste digg et ses like. N’importe qui peut y balancer n’importe quoi du moment que c’est écrit sur internet, il n’y a aucun filtre, et la plupart du temps ce qu’on y lit est inintéressant (voire diffamant, apparemment;-).
    C’est censé être un aggrégateur public, finalement, mais 1. les aggrégateurs privés font déjà bien leur boulot, et 2. je préfère qu’on m’explique avec eds mots ce qu’on trouve à un lien et pourquoi je dois y aller plutôt que voir des +1…

  6. a écrit

    J’ai appris beaucoup de choses sur Digg. L’autre part du concept, est que c’est l’utilisateur qui filtre le contenu offert par les autres. Ou qu’il soumet du contenu intelligent.

    Dans l’affaire Fuzz la question n’est pas dans la responsabilisation du contenu, mais dans la responsabilisation des aggrégateurs de contenu, de Google à Fuzz. Qui sont automatisés.

    1/c’est pas vraiment condamnable, même si dans le cas présent ça l’est.

    2/vu l’affaire, il eut été judicieux de faire cela en douceur. Monsieur a préféré faire le kéké, avec succès.

    3/alors qu’il aurait dû perdre et régler cette affaire à l’amiable, la justice lui donne raison.

    Je rappelle qu’on parle d’un simple « lien hypertexte vers ».

    C’est moche !

Laissez votre commentaire!