Une promenade ensoleillée sur la petite ceinture…

Vendredi après midi, du soleil à l’extérieur, et une envie d’en profiter et de faire des photos. Alex propose d’aller faire un tour sur la petite ceinture. Un twitt plus tard, on part retrouver Alex (l’autre) du côté de Botzaris ou habite une grande blonde qu’on a croisé dans le métro (Paris, c’est pas si grand) et qui nous finalement nous accompagnera.

La petite ceinture, c’est Paris sans le bruit et ses habitants. C’est une promenade très agréable le long d’une voie ferrée désaffectée, des rencontres avec d’autres photographes ou graffeurs, des oiseaux, des herbes hautes : j’ai eu l’impression d’être à la campagne alors que j’étais à 30m de la Villette. On a un regard en retrait sur la ville : être sur la petite ceinture, c’est être à Paris en ayant un regard à 5 m de haut de la ville quand on passait sur les ponts. J’y retournerais, mais j’aimerais bien faire le sud de la petite ceinture. Je sais qu’elle passe dans le 15ème…

Au bout de la petite ceinture qui rejoint les rails commerciaux au niveau de la Chapelle, on a finit par faire demi tour : 2 agents de la SNCF sont sortis de l’habitation que nous étions en train de photographier et nous ont prévenus qu’une partie des voies étaient en service. Chose que nous savions, nous n’aurions pas été plus loin. Et comme je lui ai dis, nous ne sommes pas suicidaires. Et puis les 2 agents super cools nous ont souhaité une bonne journée et sont retournés à leur occupation (ils devaient s’emmerder comme des rats morts là dedans)…

Les photos sont aussi disponibles sur Flickr.

Cinémaaa, cinémaaaaaaaaaaaa

(Les fans de Poelvoorde auront reconnu l’extrait de « C’est arrivé près de chez vous »). Et attention, ça peut spoiler

Ces dernières semaines, j’ai rentabilisé à mort ma carte UGC : entre « Je l’aimais », « Dans la brume électrique », « Good morning england », « Wolverine », « Star trek » ou « Millenium » (j’irais voir très prochainement « Ponyo » avec 3 ans de retard)

Et c’est encore le même constat : j’aime toujours autant le cinéma même si avec l’âge je suis devenue plus exigeante. Sans scénario bien construit, point de salut.

goodmorningenglandEt sans appel, c’est Good morning england qui remporte toutes les palmes, même devant Star Trek qui est une tuerie dans son genre. Ce film plein d’humour anglais vous fait rire franchement : entre les piques que les personnages se lancent et les situations hyper cocasses, vous ne pouvez que vous laissez porter par cette bonne humeur constante. La bande son est un élément majeur du charme du film : entre ma jambe qui suit le rythme de la musique ou la tête qui balance, c’est du vrai délice musical des années 60. Je me tâte très fortement à acheter la BO parce que ça m’a vraiment plu.

Dans la brume électrique est un bon polar, mais je lui préféreMillenium Millenium (même si ça parle en suédois). J’ai commencé à lire le roman que je n’ai jamais réussi à finir. Au bout de la 141ème page, j’ai laissé tomber. Oui, le plébiscite international n’a eu aucun effet sur ma volonté de lecture, le style de narration était trop lent. En revanche, même si le film fait bien ses 2h00, je n’ai pas ressenti cette lenteur comme quelque chose de négatif. au contraire, la lenteur servait le scénario. Par contre, n’ayant pas lu le roman, je n’avais pas connaissance de la scène de viol. Et hmm, j’ai beaucoup de mal avec ce genre de scènes, même si ce fut très rapide. Comme dit Alex, ça sert le scénario, mais franchement, je crois que j’aurais pu m’en passer.

Et dans un tout autre genre, j’ai vu Wolverine et Star Trek. Le premier m’a déçu, déçu, déçu, déçu, déçu… A part Hugh Jackman torse poil ou en slip, le film a un intérêt proche de zéro. Les plans sont tournés sans réel fil conducteur, un peu comme si le monteur avait joué au Lego avec les séquences. Et puis, j’avoue, certaines scènes m’ont marrer. Ok, c’est un super héros, ok, il peut faire des trucs de dingue. Mais quand la scène de la moto me fait penser à celle de Mission Impossible 2 ou Tom startrekfait un 180 sur une roue avant avec son 2 roues qui pèse un âne mort, c’est qu’il y a un malaise (et une crédibilité zéro). Je vais rester avec mon Batman, je serais moins déçue.

Et donc Star Trek : efficace, classe, scénario top (avec des effets spéciaux qui servent l’histoire et pas l’inverse), des personnages qui se posent, et un Sylar qui s’efface devant Spock (vous aurez compris que je parlais de Zachary Quinto). Ça relance complétement l’intérêt pour la série des Star Trek et oui, on peut regarder le film sans n’avoir jamais vu un seul des épisodes à la télé ou au ciné (question qu’on m’a régulièrement posé dernièrement). Un bon film de Science fiction comme je les aime et qui viendra rejoindre notre collection de Blu Ray quand il sortira!

Et j’ai vu un film français (un truc de fou quand même) : Je l’aimais adapté du roman éponyme d’Anna Gavalda. Roman dont on m’a dit le plus grand bien, mais ne l’ayant pas lu, je n’avais pas de comparaison possible. Mon seul ressenti fut une adaptation un peu inégale. Ça se laisse regarder, ça s’apprécie aussi, et c’est complétement un film de filles, ou un film de gens qui viennent de se faire larguer aussi (mais bon, je n’ai pas fait d’enquêtes à la sortie des salles de ciné pour connaître le statut marital des spectateurs ^-^)…

J’ai lu Fragments de Warren Fahy…

Fragments de Warren Fahy m’a été envoyé par Aurélia de Tribeca… C’est un roman « scientifique » qui raconte l’épopée de différents chercheurs sur une île ou la population indigène a évolué loin de tout autre contact terrestre depuis des milliers d’années : en gros une faune et une flore qui dépasse votre imagination (Alien à côté, c’est du pipi de chat).

Si après une première longue (un trop longue d’ailleurs) partie ou on vous explique plein de théories scientifiques (qui sont intéressantes, mais parfois, je décrochais carrément), le roman finit par tourner en réel roman d’aventure, voir d’anticipation avec une jolie (convenue?) fin. Mais je ne vous raconterais pas tout. Je dirais que la partie la plus intéressante est sans doute celle qui se tourne vers les personnages principaux qui découvrent cette île. Un extrait?

« En introduisant un échantillon d’ARN dans le thermocycleur, ici, on déclenche une transcription inverse, ce qui nous donne l’ADNC, l’ADN complémentaire, et dans le même tube, il fait la réaction en chaîne par polymérase – le « PCR », pour les intimes… Tu sais ce que c’est je suppose, Andy? C’est la reproduction de l’ADN en milliers de copies qui nous permettetront d’établir la séquence des gènes dans cet auto-séquencer, ici, ou de la tester dans cette machine de micro-analyses, là-bas. »
Eh oui, il y a quelques passages qui me replongent complétement dans mes cours de bio en seconde, ou alors dans « Il était une fois la vie » :)


Et pour faire partarger cette jolie découverte, j’ai un second exemplaire à faire gagner. Si ça vous tente, je vous l’envoie gracieusement (je paie même les frais de ports, c’est fête). Pour le gagner, un petit commentaire pour me dire que vous êtes intéressé, Kennedy fera un tirage au sort (oui, mon chat fait des tirages au sort, il est trop fort. :D) Vous pouvez tenter votre chance jusqu’à jeudi soir 23h59!!!
Vous saurez vendredi qui recevra son roman! :D

Souvent femme varie… Bis?…

Je change de papier peint hyper souvent. J’étais un peu frustrée par l’autre : hyper graphique, mais absolument pas fonctionnel en terme de gestion d’admin et surtout de ce que j’avais envie de faire.

Je change donc encore une fois. On verra si la durée de vie de ce thème excède les 6 mois (le dernier datait de fin mars). Ce qui est bien avec celui là, c’est qu’il est super souple, et que je peux personnaliser plein de choses. Au pire, je pourrais toujours en trouver d’autres chez eux :)

Autopsie d’un sac…

Mardi soir, mon sac que j’avais depuis 8 mois est décédé : la anse s’est cassée, et j’ai du finir le reste de mon trajet mon sac entre les mains comme si je portais un petit yorkshire malade.

Mon cher et tendre ne comprend absolument pas que je puisse avoir besoin de changer de sac régulièrement. Lui a ses 3 sacs à dos et si ça pouvait lui faire toute sa vie, il en serait très satisfait. Je pense que la notion d’accessoires lui passe complétement au dessus de la tête et lui faire entendre que oui, acheter un sac à Monop’ pour moins de 40 euros, c’est en effet une nécessité et pas un caprice de fille. Surtout que, comme je l’ai dis au dessus, 8 mois que je n’ai pas acheté un seul sac de filles. La majorité de celles que je connais ont un turn over de sac bien plus important.

Ce sac tout mourru, j’ai voulu l’ouvrir, étaler ses entrailles et montrer tout ce que ce cher petit transporte tout les jours (je l’ai pesé, il se porte bien : environ 5,200 kg, mon épaule fait du sport tous les jours)

[imagebrowser id=3]

Alors oui, j’aime les petits pois, oui, il manque mon casque audio wesc vert, ainsi que le chargeur de mon mac, mac qui bien sûr est dans sa pochette noire à pois blancs (achetée chez Fabrixcases il y a bien plus d’un an et demi et je vais peut être acheter son petit frère pour mon iphone) :)

Donc voilà, 5 kilos bien tassés. Quand certains me disent : « Tu devrais prendre un réflexe », je leur réponds toujours la même chose : je n’ai pas de place. Je ne veux pas perdre mon épaule en route et je ne vais pas me trimballer avec une valise non plus…
Je vais donc aller à Monop’ (ou ailleurs) pour recruter un nouveau candidat ou j’irais avec mon mac. C’est mon mètre étalon si je puis dire, puisqu’avec lui, je sais tout de suite si la fermeture éclair (ou le système de fermeture) permet le passage de mon ordinateur portable et si il est assez large pour contenir autre chose qu’un ordi. Oui, trouver LE sac, c’est un parcours semé d’embûches…

Pour le moment, je ressors mon sac de prof d’anglais que j’avais trouvé chez Karmaloop de la marque de skater DC, mais porter 5 kilos à bout de bras, c’est deux fois plus fatiguant et j’ai mal à la main :(