Le bio n’est pas la solution…

Mais ça, je le savais déjà… Dans Courrier International, un journaliste danois revient sur la mode du bio dans son pays (et ailleurs aussi) et sur le fait que si tout le monde faisait de même, ça serait un peu le bordel.

Tout simplement parce que passer au bio diminuerait les rendements des productions agricoles et que du coup, on aurait du mal à nourrir son petit monde. Comme le dit ce Professeur « les effets climatiques de l’agriculture bio sont “une question très épineuse, qu’il est politiquement incorrect d’évoquer haut et fort. Mais c’est un fait : la production chutera si le Danemark et le reste de l’Europe accroissent la superficie des cultures biologiques. Si nous n’étions que 4 milliards d’habitants sur la Terre, cela ne poserait pas de problème. Mais nous sommes 6,5 milliards, et bientôt 9 milliards si l’on en croit les pronostics de l’ONU. Il est donc impératif d’envisager, sans idées préconçues, la meilleure façon d’exploiter les terres agricoles de la planète”, conclut-il.

 

 

 

C’est un peu le serpent qui se mord la queue… En gros, quoi qu’on fasse, à part avoir moins d’humains sur terre, il n’y aurait pas d’autres solutions. Ou manger des OGM comme aux States (et c’est no way) ou alors on fait comme dans Soleil vert (mais ça me ferait mal de manger ma grand mère) ou alors on devient végétarien (parce que les productions céréalières sont destinés aux humains et pas au bétail). Moi, j’aurais tendance à dire que le bio n’est pas forcément la solution, l’agriculture raisonnée me paraît sans doute le meilleur compromis.

(par contre, plus ça va, et moins je poste, va falloir définitivement que je trouve des sujets inspirants, ça ne va pas du tout là!!!)