Tistou les pouces verts…

J’ai toujours aimé les plantes : quand j’étais ado, fleuriste ou jardinier était au même niveau que mon envie de devenir cosmonaute (bon avec celle d’être Indiana Jones ou vétérinaire).
Sauf que la nature s’est toujours plus ou moins liguée contre moi en faisait mourir ce que je tentais vainement de faire pousser…

Et puis parfois, la nature me réserve des surprises… Dans une jardinière vide depuis un an avec un fond de terre récupéré pour planter des pois de senteur, des capucines et d’autres fleurs dont j’ai oublié le nom (qui poussent très bien d’ailleurs), j’ai eu une drôle de surprise : j’ai vu sortir un plan de tomates et, ô joie, des tomates cerises qui poussent fièrement (j’ai envie de dire triple ébaubissement quand on sait la vitesse à quel point les éléments faisant de la photosynthèse crèvent entre mes mains).
Je suis épatée, en fait, le mieux avec la nature, c’est encore de ne rien faire et de voir ce que ça donne… Je sais qu’avec ces conseils, on frôle la génération spontanée (ou plutôt l’essaimage au gré du vent qui donne aussi de mauvaises herbes), mais je crois qu’à trop en faire, on finit surtout par mal faire… Et même si je regarde avec attention Silence ça pousse sur France 5 pour apprendre des choses sur « comment traiter les plantes », elles savent comment se gérer toutes seules bien souvent…

Du coup, dans un coin de mon balcon s’est installé une sorte de bordel vert : je regarde les plantes pousser, les fleurs éclorent, se faire butiner, puis se faner et faire place aux graines qui s’envolent au gré du vent ou se déposent au pied des plantes pour se préparer à germer dès l’année prochaine…

Et vous savez quoi? Je compte bien les manger ces petites tomates ^^

balcon-parisien

.
. 

Gagnez 2 places pour le concert des Beach Boys!

Qui aura lieu le 6 juillet au Grand Rex à Paris!!

Quoi? Je serais trop jeune pour écouter les Beach Boys? Ah mais alors pas du tout! Et puis quand je les entend ça me rappelle il y a 10 ans quand j’ai fait mon road trip californien avec une copine ou encore l’année dernière à tenter de faire du surf (j’ai au final, fini par faire des photos parce que moi et la mer, c’était pas trop ça ^^) .
Les Beach Boys, c’est aussi le meilleur moyen d’apprendre le yaourt, cette langue internationale non reconnue qui mêle des sons faisant très « one again et bistouflaï » (si, si, on l’a tous fait au moins une fois dans notre vie que de chanter des trucs qui ne veulent rien dire mais qui sonnent trop bien). Je peux dire que je maîtrisais parfaitement cette langue quand j’étais ado o//

D’ailleurs, le groupe fête ses 50 ans cette année ; et c’est d’ailleurs pour cet anniversaire qu’ils entament une série de concerts), sans compter que leurs airs ont souvent accompagné des films que j’ai bien aimé… (le truc trop facile, retrouver les films dans lesquels ces airs sont joués!)

Vous voulez les voir en concert? C’est tout simple, laissez un commentaire avant lundi 11h45, le gagnant sera désigné lundi à 12h00!
Les conditions : habiter Paris et être disponible le 6 juillet!

Happy world, le reportage hallucinant…

Quand j’ai cliqué sur le lien balancé par @balbc sur Twitter, je ne m’attendais pas à tomber sur un reportage aussi chouette sur la dictature de Birmanie (oui, parce que Myanmar, ça ne parle à personne ici)…
Ce reportage est édifiant, si vous avez 30 minutes à y consacrer, je pense que vous allez ouvrir les yeux aussi gros que des soucoupes sur les décisions politiques prises pour cause d’astrologie…
Je sais que je l’ai fait tourner et sur Twitter et sur Facebook, mais je me permets d’en rajouter une couche :))


Happy World : Birmanie, la dictature de l'absurde par happy-world_tv

Little Monsters

Si le titre n’a strictement rien à voir avec Lady Gaga, il a beaucoup plus à voir avec les petits monstres de mon neveu…
Mathis, 5 ans à la fin de l’année ; fan de Spiderman, de Flash Mc Queen dans Cars, de son T Rex qu’il a appelé Areuno (et pas arnaud, ça n’a rien à voir), des pirates et des barbapapas ; aime bien dessiner. (je vous ai dis que j’étais fan de mon neveu?)
Sur son tableau gris, il invente des monstres et créé les histoires qui vont avec. On peut dire que les enfants ont de l’imagination. Lui en a beaucoup (voir, ça déborde) et c’est sans doute aussi parce que ses parents prennent le temps de lui raconter une histoire tous les soirs avant de se coucher.
Étrangement, cette capacité à inventer des histoires impossibles et surtout complétement débiles, c’est quelque chose que je n’ai pas perdu (et ça fait marrer mes copines, c’est déjà ça).

petit-garcon-dessinant-tableau-craie

Alors tu vois, lui, il est gentil, alors je lui fais un sourire, mais il y en a, ils sont méchants alors je leur fais des grosses dents parce que comme ça, ils peuvent te manger, mais moi j’aime pas être mangé par les monstres alors je me bats contre eux et je gagne parce que je suis le plus fort…
(la logique enfantine, tu peux pas test ^^)

Hey, salut, c’est la DGCCRF, comment tu vas?

La semaine dernière, j’ai eu droit à un petit coup de flippe (oui, j’ai un langage familier, mais je ne vois pas comment on pourrait dire ça en langage soutenu de toute façon)…

Le coup de flippe était du à un mail de la DGCCRF (la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) concernant l’usage de mon blog, de son rapport avec les marques, de mes billets sponsorisés, des billets orientés contre des cadeaux, et toutes ces choses du même acabit dont on m’invite à discuter vendredi 10 juin 2011 à 10h00. La raison de cette enquête ; lancée par le secrétaire d’état à la consommation, Mr Lefebvre est la protection des consommateurs sur le web.

On m’informe que je dois me munir de K-Bis, et de tout plein d’autres trucs que je n’ai pas. Et oui, ça n’est pas une activité professionnelle à mon niveau même si ; je cite ; « votre blog est bien référencé, on l’a trouvé facilement » (je n’ai rien à cacher et je récolte les lauriers de mon super SEO ^^)

Cette entrevue ça donne quoi?
Et bien, ça donne qu’à part les indications claires indiquant aux consommateurs (puisqu’il s’agit bien d’eux dans cette enquête) qu’ils sont sur une sorte d’achat de pub comme les termes articles sponsorisés, le reste est relativement flou pour les novices des blogs.
Un exemple concret : quand je parle des produits Jonzac, je n’indique pas clairement qu’il s’agit d’un cadeau de la part d’une marque, parce qu’avec mon point de vue de vieille blogueuse, il m’est devenu acquis que les lecteurs savent qu’il s’agit d’une sorte de publi-reportage. Mais même si c’est un test, c’est quand même considéré par la DGCCRF comme de la pub (je leur ai dis que moi j’y voyais des nuances, mais ça reste malgré tout, de leur point de vue de la publicité – voire déguisée – ce qui en soit pourrait être pire puisque ça peut induire le consommateur-internautes en erreur sur la nature du test en question). Et comme nul n’est censé ignorer la loi, c’est effectivement de ma faute.

Mais alors, qu’est ce qu’on fait?
Et bien déjà en intro, on dit clairement ce que c’est, pourquoi et comment. Articles sponsorisés ou pas, invitation par une marque ou pas, achat perso, cadeau de mamie, bref tout ce qui permet d’identifier clairement la manière dont le bien ou l’événement est arrivé chez vous. Certes, c’est pas funky, mais ça peut aussi éviter de se retrouver avec de vrais procès verbaux dans la boite aux lettres pour publicité déguisée (et je crois que je suis du genre à préférer anticiper).

En cas de non-respect de la loi, l’annonceur est responsable à titre principal et l’auteur de l’article sponsorisé (non mentionné comme tel) peut voir sa responsabilité pénale engagée. L’article L.213-1 du code de la consommation prévoit ainsi au maximum 2 ans d’emprisonnement et/ou 37500 € d’amende.

L’autre information de la matinée est le nombre d’agents de la DGCCRF dédiés au e-commerce : ils sont au grand maximum 10 en France. 10, pour un nombre incalculables de boutique et une croissance de 20% prévue cette année, je trouve ça complétement fou… (en même temps, je ne connais pas le ratio des agents de terrain pour les commerces physiques, je me rends moyennement compte)…

Et sinon, les deux agents ont été très polis et ont même rigolé à mes blagues pourries :)

Edit > et puisqu’il semble que j’ai oublié certaines informations qui font tiquer des gens ou qui me font passer pour quelqu’un de mauvaise foi, je vais détailler sur un point.
Point purement subjectif, complétement personnel, et qui est sans doute pas très sain, mais, j’avoue que j’ai plus de facilités de parler d’un produit quand je connais la personne qui m’en parle et qu’en plus ce soit quelqu’un que j’apprécie.
Oui, a ce niveau, on peut le dire, ça s’apparente à du copinage, et grosso modo, je me mets en mode « je rends service » plus que dans un mode commercial ou une transaction devrait être faite.
Parler d’argent avec des potes, j’ai du mal, c’est mal de mettre de l’affect dans du business, je sais, mais c’est comme ça… Alors oui, je vous confirme que je ne serais sans doute jamais riche, mais on ne se refait pas…
Voilà, c’est plus clair maintenant? :) (oui, oui, vous pouvez me traiter de naïve ou de bisounours…)