Tistou les pouces verts…

J’ai toujours aimé les plantes : quand j’étais ado, fleuriste ou jardinier était au même niveau que mon envie de devenir cosmonaute (bon avec celle d’être Indiana Jones ou vétérinaire).
Sauf que la nature s’est toujours plus ou moins liguée contre moi en faisait mourir ce que je tentais vainement de faire pousser…

Et puis parfois, la nature me réserve des surprises… Dans une jardinière vide depuis un an avec un fond de terre récupéré pour planter des pois de senteur, des capucines et d’autres fleurs dont j’ai oublié le nom (qui poussent très bien d’ailleurs), j’ai eu une drôle de surprise : j’ai vu sortir un plan de tomates et, ô joie, des tomates cerises qui poussent fièrement (j’ai envie de dire triple ébaubissement quand on sait la vitesse à quel point les éléments faisant de la photosynthèse crèvent entre mes mains).
Je suis épatée, en fait, le mieux avec la nature, c’est encore de ne rien faire et de voir ce que ça donne… Je sais qu’avec ces conseils, on frôle la génération spontanée (ou plutôt l’essaimage au gré du vent qui donne aussi de mauvaises herbes), mais je crois qu’à trop en faire, on finit surtout par mal faire… Et même si je regarde avec attention Silence ça pousse sur France 5 pour apprendre des choses sur « comment traiter les plantes », elles savent comment se gérer toutes seules bien souvent…

Du coup, dans un coin de mon balcon s’est installé une sorte de bordel vert : je regarde les plantes pousser, les fleurs éclorent, se faire butiner, puis se faner et faire place aux graines qui s’envolent au gré du vent ou se déposent au pied des plantes pour se préparer à germer dès l’année prochaine…

Et vous savez quoi? Je compte bien les manger ces petites tomates ^^

balcon-parisien

.
. 

Gagnez 2 places pour le concert des Beach Boys!

Qui aura lieu le 6 juillet au Grand Rex à Paris!!

Quoi? Je serais trop jeune pour écouter les Beach Boys? Ah mais alors pas du tout! Et puis quand je les entend ça me rappelle il y a 10 ans quand j’ai fait mon road trip californien avec une copine ou encore l’année dernière à tenter de faire du surf (j’ai au final, fini par faire des photos parce que moi et la mer, c’était pas trop ça ^^) .
Les Beach Boys, c’est aussi le meilleur moyen d’apprendre le yaourt, cette langue internationale non reconnue qui mêle des sons faisant très « one again et bistouflaï » (si, si, on l’a tous fait au moins une fois dans notre vie que de chanter des trucs qui ne veulent rien dire mais qui sonnent trop bien). Je peux dire que je maîtrisais parfaitement cette langue quand j’étais ado o//

D’ailleurs, le groupe fête ses 50 ans cette année ; et c’est d’ailleurs pour cet anniversaire qu’ils entament une série de concerts), sans compter que leurs airs ont souvent accompagné des films que j’ai bien aimé… (le truc trop facile, retrouver les films dans lesquels ces airs sont joués!)

Vous voulez les voir en concert? C’est tout simple, laissez un commentaire avant lundi 11h45, le gagnant sera désigné lundi à 12h00!
Les conditions : habiter Paris et être disponible le 6 juillet!

Happy world, le reportage hallucinant…

Quand j’ai cliqué sur le lien balancé par @balbc sur Twitter, je ne m’attendais pas à tomber sur un reportage aussi chouette sur la dictature de Birmanie (oui, parce que Myanmar, ça ne parle à personne ici)…
Ce reportage est édifiant, si vous avez 30 minutes à y consacrer, je pense que vous allez ouvrir les yeux aussi gros que des soucoupes sur les décisions politiques prises pour cause d’astrologie…
Je sais que je l’ai fait tourner et sur Twitter et sur Facebook, mais je me permets d’en rajouter une couche :))


Happy World : Birmanie, la dictature de l'absurde par happy-world_tv