La nuit…

Rentrer à la nuit tombée, ouvrir la fenêtre donnant sur cette cour calme, se poser sur le balcon, contempler le levé de lune, regarder la Tour Eiffel scintiller puis lever la tête vers la Grande Ourse…

C’est mon rituel quand je rentre tard et que le ciel est dégagé (et et si il fait assez chaud et qu’il est minuit et une minute pour la tour Eiffel).

J’aime cet instant ou la ville s’assoupit, ou les lumières des immeubles d’en face s’éteignent doucement et ou les bruits s’estompent petit à petit. J’aime écouter la respiration de Paris, percevoir malgré tout le trafic au loin, étouffé par la distance, capter le bruit d’un train qui passe à Pont Cardinet et entendre le souffle de la bise à travers les feuilles des arbres sur le toit terrasse de l’autre côté de la cour, constater que les pigeons se sont enfin tus pour aller dormir…

Je savoure ces instants, cet oasis de calme ralentissant le rythme d’une journée parisienne…

Ces petits riens…

Ces petits riens qui te rendent la vie plus agréable, ce sont des choses comme pouvoir mettre des tongs pour aller au boulot (Est ce que je vous ai dit que je trouvais que les tongs étaient la meilleure invention de l’être humain? Ça, et la climatisation dans le métro).

C’est aussi avoir un congélateur sur ton lieu de travail qui te permet d’avoir des Mister Freeze sous la main toute la journée. C’est complétement régressif, j’ai l’impression d’avoir à nouveau 12 ans, mais quand j’en propose à tout le monde, quelque soit l’âge, tout le monde en prend…


C’est aussi pouvoir se poser sur mon balcon/terrasse avec de la pastèque fraîche et apprécier le coucher de soleil (oui, même à Paris, les couchers sont beaux, même si je veux bien admettre que sur une plage, ça a quand même plus de classe)

C’est également apprécier que plusieurs entreprises aimeraient travailler avec toi, et ça, ça booste l’ego à 5000! (je change encore de travail, mais ça sera une nouvelle aventure).

C’est se retrouver avec un contrat de mannequin entre les mains pour une expérience un peu folle dont je vous parlerais à la rentrée! (quel teasing n’est ce pas?)

Et finalement prendre n’importe quelle occasion pour aller boire un verre avec les potes à gauche, à droite et un peu n’importe quand (parfois c’est du lundi au dimanche, ça devient compliqué à gérer) : ton contrat de freelance se termine? Allez on va boire une bière! Le domaine de Pellehaut serait meilleur que le Tariquet? Ça mérite un apéro fight! (et le verdict rend le Tariquet gagnant!)

Savoir profiter de ces petits riens et les considérer comme une chance, voir un luxe, c’est aussi rendre sa vie plus jolie pendant quelques instants (parce que sinon, il faut bien le dire, là, j’ai vraiment chaud, et je préférerais travailler au bord d’une piscine, mais ça n’est qu’un détail ^^)

Tout le monde en selle avec Velodyssée!!

J’aime bien flâner le nez au vent, partout : en ville, à la campagne, à la plage, à pied, en scooter (en mode passagère), ou à vélo.
J’aime bien le vélo, surtout au mois d’août à Paris (parce que la circulation est divisée par 4 et que les autres mois, j’ai un peu peur de me prendre une voiture-un camion de poubelle-un bus vu comment ça roule ici).

Mais j’ai quand même une préférence pour le vélo dans un joli cadre comme celui que j’avais pu avoir lors de ma promenade aux Sables d’Olonne.


Alors par contre, nous étions de mauvais élèves : on ne portait pas du tout de casques :-/
Et là, vu que le chaud est revenu pour quelques jours, je retournerais bien faire une balade au frais sur le bord de mer…


Ça tombe bien, puisque la personne qui nous avait prêté les vélos nous avait prévenus qu’une piste cyclable du genre hyper longue allait bientôt voir le jour. Et ça y est, cette piste cyclable est fonctionnelle et elle a un joli nom : Vélodyssée® vient d’être officiellement lancé!

Vélodyssée, c’est une piste cyclable française qui parcourt 10 départements et 4 régions et longeant principalement la cote atlantique (tu la vois la très longue balade sur le bord de la mer? :)) Cette piste cyclable fait aussi parti d’un programme européen qui traverse la Norvège, l’Islande, la Grande Bretagne, l’Espagne, le Portugal et notre pays donc. Avec plus de 1200 km de pistes cyclables, y’a de quoi faire!
Et quand vous vous promenerez sur cette route, vous aurez toujours des petits panneaux avec ce logo que vous ne pourrez pas louper (à moins d’être daltonien et de mal voir cet orange).

La prochaine étape pour ma part sera de m’acheter un vélo (même si on peut en louer sur les lieux de villégiatures si c’est pour de courts trajets). Et vu que je retourne à Nantes dans peu de temps et qu’on poussera sans doute jusqu’aux Sables, il serait bien possible que je retourne sur cette Vélodyssée®!