Mon voyage à Nantes : le street art

Et hop, la suite de mon périple nantais avec le volume Mon voyage à Nantes : le street art… (et je trouve ça très chouette l’art urbain, le street art, les collages, le pixel art, les graffs et tout et tout…)

Parenthèse en mode petite cerise sur le gateau : à Nantes, ton statut de piéton est vraiment respecté. La bas, quand tu veux traverser, les voitures s’arrêtent. La première fois, tu dis merci. La seconde tu dis merci et tu trouves ça cool. La troisième fois, tu fais AWWWWWWWW et non seulement tu dis merci mais en plus tu as envie de leur faire des coeurs avec les doigts… Parce qu’à Paris, à part te jeter limite sous les roues des voitures pour qu’elles s’arrêtent t’as le temps d’attraper 3 rides avant qu’une automobile ne te laisse passer… Bref, sinon, le street art à Nantes (enfin, y’a pas que ça), ça donne quoi? Ça donne ça :

Le voyage à Nantes, c’est aussi une météo très hasardeuse qui a fini par nous jeter dans le H&M du centre ville pour acheter des parapluies…
J’ai un très gros coup de coeur pour le Palais de Justice désigné par Jean Nouvel, un bâtiment qui joue sur l’ombre et la lumière, tout simplement magnifique…
Ma comparse de voyage pourra confimer mon état de joie intense à la vue de ces très grandes oeuvres murales. Elles sont tellement chouettes! Et tout ces graff ont été fait dans le cadre d’un parcours graffiti intitulé Over the Wall.
Je crois que ma fresque préférée d’entre toutes c’est celle de ce gros chien de Persu, Rame et Pedro…


La Grue Titan est un reste des anciens chantiers navals de Nantes. Elle est imposante mais Nantes a bien eu raison de la garder!
Le soir, nous sommes allés boire un verre au Nid avec Marine o// ; bar installé tout en haut de la Tour de Bretagne. Le lieu est assez amusant : c’est une très grande cigogne qui vous accueille et les sièges sont des œufs :). Mais surtout, la Tour vous offre une vue imprenable sur la ville (oui j’ai fait ma feignasse, il n’y a aucune photo, je sais). J’ai beaucoup aimé les affiches de Jean Jullien (qui s’est aussi occupé de l’habillage des lieux). Le nid est une installation désormais permanente, vous pouvez donc y aller quand vous voulez!

Et une dernière note arrive très vite avec mes deux énormes coups de cœur : les Machines de l’Ile et Crêpetown!

Le Gyoza Bar

Il y a quelques semaines, je suis allée tester le Gyoza Bar dont j’entendais parler autour de moi… Entre krissweblog et @JulienBourey, il fallait que j’aille vérifier si ces Gyozas étaient aussi bons que cela.

Pour ceux qui ne mangent pas japonais, je rappelle que le Gyoza est un ravioli à la farce de porc (dedans on trouve de la viande, du chou, du poireau, du gingembre, de l’ail, du nira – sorte de ciboulette au gout d’oignon nouveau, et tout ça finement mixé). L’ensemble est soit frit, soit cuit à la vapeur soit, un peu des deux. Bien souvent, c’est servi en entrée suivi de ramens (gros bol de soupe avec plein de trucs trop bon dedans). Mes gyozas préférés d’entre tous restaient ceux du restaurant Hokkaïdo, mon adresse favorite pour manger des ramens justement et ou leurs gyozas sont particulièrement délicieux…

J’étais un peu curieuse de découvrir un restaurant qui ne sert que des gyozas, non pas que ça ne soit pas très nourrissant, mais pour en faire un repas, il faut en manger un certain nombre pour être rassasié…

Le lieu est tout petit : il y a une douzaine de chaises autour d’un ilot central faisant office de cuisine ou 2 ou 3 personnes s’affairent. En y allant en aout, j’avais bon espoir de ne pas devoir attendre pour manger, et bingo : il y avait assez de places pour nous 3 (comprendre qu’en temps normal il faut sans doute faire la queue). Une fois assis, nous avons découvert un menu assez simple…

gyoza bar paris gyoza bar paris 
Voilà, le choix est limité, mais c’est voulu : on est là pour déguster du Gyoza et rien d’autre! Et comme on avait faim, on a tous pris les 12 gyozas, parce que 8, ça nous paraissait peu…

gyoza bar paris gyoza bar paris
Verdict? Les gyozas sont savoureux comme tout, parfumés, moelleux à l’intérieur et très légèrement croustillant à l’extérieur. On s’est régalés et on a vidé nos assiettes comme de gros gourmands. Pas de riz pour nous : nous sommes restés au soja mariné, mais une bière a aidé à faire glisser le tout. Je garde l’adresse pour y retourner avec des amateurs de japonais et de gyozas ^^ Information importante, la viande vient de chez Desnoyer, l’une des meilleures adresses bouchères de Paris. C’est donc un produit très qualitatif que vous pourrez déguster!

C’est bon, mais ça reste des gyozas : il faut vraiment aimer ça pour y aller, on mange rapidement, et les tabourets hauts ne sont pas forcément des plus confortables… Malgré tout ça peut être une bonne alternative à une crêperie ou un hamburger… Prévoyez de l’espèce, la carte n’est prise qu’à partir de 15€!

Gyoza Bar
56 Passage des Panoramas
75002 Paris
Métro Richelieu Drouot ou Grands Boulevards

Mon voyage à Nantes…

Mon voyage à Nantes, cette jolie échappée artistique dans la ville de Nantes s’est terminée dimanche. Au vu du succès, j’espère grandement qu’ils recommenceront l’année prochaine pour pouvoir y retourner parce que j’ai adoré : autant les oeuvres qui se sont emparées de la ville que la ville elle même…

Le voyage à Nantes c’était un week end organisé sur un coup de tête avec Paumée à Paris en mode couch surfing chez Djisupertramp qui nous a très gentiment accueilli (ah le week end aux Sables d’Olonne, ça rapproche :p)

C’était la première fois que je venais à Nantes. J’y allais un peu à l’aveugle, avec quelques à priori positifs et je n’ai pas du tout été déçue.

La ville en elle même vaut le détour, entre les bâtiments permanents comme le Lieu Unique ou le passage Pommeraye ou le musée d’histoire naturelle, y’a vraiment de quoi faire…

Alors j’ai pris des photos, plein de photos (dire que j’en ai pris trop serait sans doute plus proche de la réalité)…

Du coup, plutôt que parler 107 ans, hop, des images!

 

Il y a plein de canaux dans la ville mais pour passer, c’est comme dans le Petit Chaperon Rouge : Tire la chevillette et la bobinette cherra ^^

Le bois d’amourette, l’une des essences de plein de bois qui recouvrent un mur du Musée…

L’Opéra Graslin, c’est un peu comme une pause hors du temps dans la ville. L’intérieur est TELLEMENT beau!


Le problème avec cette ville, c’est que j’ai aimé plein de choses, que ce soit tout ce qu’il y a à voir ou tout ce qu’il y a à manger (la cure de crèpes en un week end, c’était l’assurance de manger 7000 calories en 3 jours…)
Et comme j’ai encore plein de photos dans mon escarcelle, j’en rajouterais encore une couche bientôt!

Le slip de l’été…

Dimanche après midi intérieur jour, il fait trop de degrés de toute façon pour connaître la température et la chaleur assomme tellement qu’il n’y a rien d’autre à faire que rester en slip sur son canapé avec un ventilateur qui est soudainement devenu mon meilleur ami… (c’était ça ou aller à la piscine, et je manquais complétement de motivation pour me traîner jusqu’à la piscine la plus proche).

J’avais promis de ne pas me plaindre parce que l’été, sa chaleur, son soleil m’avaient vraiment manqué : j’ai cette impression constante de m’être fait voler une partie de ma saison estivale (remarque qui ne vaut que pour les gens habitant au dessus de Bordeaux bien sûr).

 Salut mes meileurs amis de l’été!
Tout ça pour vous parler du slip de l’été (parce que ça rime un peu comme le clip de l’été, je trouvais ça joli et qu’il faut bien dire que celui qu’on nous impose avec Daniel Guichard accompagné de Chico et les Gypsies vaut son pesant de cacahouètes).

Quand on peut se réfugier dans une piscine, sous un brumisateur, un lieu climatisé, une vieille maison avec des murs tellement épais qu’en fermant juste les volets il y fait frais, ou dans une cave à température agréable, on y va, on s’y rue et ça fait du bien.
Mais quand on a rien qu’un ventilateur (et c’est déjà bien) et sa douche, et bien on fait comme avec les petits vieux ou les petits enfants : on peut mouiller un linge à mettre devant le ventilo (ça donne une impression de frais) ou alors on vit dans sa baignoire en attendant que ça passe.

C’est donc une période ou il fait tellement chaud que je pourrais vivre à poil toute la journée. Mais comme il est convenu socialement d’être vêtu, je ne sors pas toute nue pour aller faire mes courses, bah non, je m’habille. Par contre, chez moi, je fais comme quand j’avais 8 ans : je me trimballe en slip. (on est bien d’accord que c’est quelque chose qui m’arrive uniquement quand il fait 39 degrés à Paris, c’est à dire vraiment rarement…)

Petite, j’avais mes culottes en coton avec le jour de la semaine écrit dessus. Au début tu respectes le jour ou tu le mets, et à la fin c’est un peu l’anarchie du planning, et tu mets ton Mardi alors qu’on est Jeudi (la jeunesse hein). Par contre, j’aimerais bien retrouver des semainiers (puisque c’est comme ça que ça s’appelle) pour les grandes. Et je dois dire que je lutte un peu. Ou c’est moche, ou ça fait vraiment culotte de quand j’avais 8 ans (ce qui est logique, mais comme je n’ai plus 8 ans, j’aimerais bien des trucs un peu plus évolués quoi)

Et puis en cherchant un peu, j’ai vu qu’on pouvait faire son propre semainier de culotte. Comme chez Shirtinator. Avec sa typo et des couleurs différentes (voilà, ça me met presque en joie) et on peut même en faire aussi pour enfants et bébés. Par contre, si vous en trouvez en boutique physique, je serais RAVIE d’aller voir en vrai et puis de les acheter, et d’attendre la prochaine canicule pour me balader en slip :p

Article hôte

Gagne ton cahier de vacances Etsy!!

Le cahier de vacances, ça n’est pas que pour les enfants (et cette version « Très distinguée » pour les adultes conforte mon propos – après que ce soit classe ou pas, c’est un autre débat).

Petite, j’adorais les cahiers de vacances, je finissais toujours mes exercices préférés en premier et je rechignais à finir ceux que je n’aimais pas (les maths en l’occurence). Et puis à la fin de l’été, ces cahiers de vacances finissait par être des supports de décompte de points quand on jouait à la belote ou au tarot avec mes parents (et dix de der était une expression qui revenait régulièrement ces soirées là), après on s’armait d’une couverture, et on allait s’allonger dans un champs pour compter le nombre d’étoiles filantes qui traversaient le ciel pendant une heure. Ce qui me fait dire que 20 ans plus tard, c’est toujours quelque chose d’actualité (puisque je vais aller profiter du ciel du Lauragais pour admirer la voie lactée, parce qu’à Paris hein, on peut se brosser). Certaines (bonnes) habitudes ne changent pas :love: .

Les autres occupations de l’été étaient plutôt manuelles : aller pêcher, faire des scoubidous, des bracelets brésiliens, surtout quand on était dans des bleds paumés et qu’à part ça, y’avait pas grand chose d’autre à faire.

Cette année, Etsy a pensé à celles (et ceux, les garçons aussi, y’a pas de raison) à qui les activités manuelles de l’été manquent. Dans ce joli cahier de vacances, j’ai déjà trouvé ce que j’allais faire : un masque pour le voyage (parce que le voyages en train, c’est bien, mais pouvoir y dormir, c’est mieux), le trio de limonades, ou encore le coloriage. Oui, avec ma mère quand on s’ennuie, on fait des coloriages. Ça va nous occuper 5 minutes, parce qu’on est des grandes et qu’on ne dépasse plus, mais quand même, c’est un peu comme le tricot, ça vous détend l’esprit… ^^



Du coup, Etsy m’offre la possibilité de vous faire votre exemplaire. Pour participer, c’est très simple, y’a juste à laisser un commentaire en dessous et un tirage au sort sera fait vendredi (c’est la semaine du 15 aout, plein de monde sera loin de son écran, il faut laisser un peu de temps aux absent(e)s :))

Une version en ligne existeE aussi, comme l’indique le petit bandeau pub à droite ^^

Et sinon, juste pour le plaisir, je voulais faire une photo « Mets ton cahier de vacances dans ta valise » et j’ai eu droit à un sublime photo bomb félin. C’est cadeau!