Partez pour Noël avec les TGV Prem’s!

Je prends rarement l’avion. Déjà parce que je ne voyage jamais très loin (comprendre en France), et ensuite parce que je préfère grandement le train : pas besoin d’aller super loin pour attraper son train, pas besoin de se présenter 1h avant le départ, et les gensy sont globalement plus cools, moins speeds (sauf quand on arrive au terminus et que tout le monde est déjà prêt 10 minutes avant d’arriver).

Pour les fêtes de fin d’année, SNCF met en place Les TGV 100 % Prem’s NOEL. Des billets à tarif dégressifs : plus vous partez, moins vous payez. un exemple concret? Si vous partez à 6 en 2de classe, le billet pourra vous couter 16€ seulement…

Je me vois bien à Albertville avec 5 potes aller faire du ski, des bonhommes de neige et manger de la raclette!! Et un aller à 6 couteraient 138€. Voilà, moi je dis, c’est parfait pour partir, ma valise est quasi prête, il ne manque plus que des moonbots pour avoir le look parfait de la skieuse ^^

Les billets sont déjà en vente pour un voyage entre le 21 décembre 2012 au 6 janvier 2013!

Daily Dishonesty…

Vous avez vu ce visuel totalement à propos, illustrant la note du poids? Cette illustration vient du Tumblr de Lauren Nicole Hom, jeune artiste américaine qui a demandé à des graphistes, illustrateurs et artistes de faire un visuel à belle typographie… Ça donne Daily Dishonesty, et j’aime beaucoup. J’ai envie d’imprimer toutes ces phrases et les accrocher partout.
ça m’a aussi permis de découvrir le travail de Simon Ålander, de Neil Tasker et Karli Ingersoll. Et moi j’aime bien découvrir de nouveaux artistes!

Dormir chez Alice au Seven Hotel…

Grâce à Tempting Places, j’ai pu bénéficier d’une nuit dans un cadre peu commun à quelques kilomètres de chez moi, et dormir chez Alice au Seven Hotel. En gros, j’ai fais la touriste dans ma propre ville… J’ai mis 4 ans à réserver cette chambre : dormir volontairement ailleurs que chez soit alors que ton lit n’est pas très loin est un concept qui me parait incongru. Je suis sans doute très attachée à mon lit faut croire ^^
Mais, dormir dans une suite, ET dans la suite Alice, c’était franchement TRES depaysant et je ne regrette pas du tout d’avoir mis mon côté Mamie casanière de côté!
Et je crois que pour que vous compreniez mieux pourquoi cette suite est un peu fofolle, quelques (beaucoup) de photos!
Cette chambre a une particularité que j’ai adoré : son plafond et 2 de ses murs sont recouverts d’une toile claire qui cachent des leds de couleurs qui s’animent selon une dizaine de programme disponible sur une console que l’on trouve près du lit. J’avais tout simplement l’impression de vivre soit un ciel d’une aurore boréale, soit un tableau impressionniste à la Monet, soit un éclair de feu, ou une session de lumières digne d’un trip sous LSD (je n’ai jamais pris de LSD, mais si j’en prenais, je me dis que c’est sans doute l’effet que ça me ferait!)

Je suis ARCHI fan de ces toilettes! Par contre, pour le côté romantique du « on va aux toilettes ensemble », je ne suis pas trop sûre ^^

Et voilà, une petite note animée pour la fin, parce que ce plafond en forme d’aurore boréale, hannn, c’est TELLEMENT bien! Si je pouvais, je voudrais avoir la même chose chez moi!
Quant au petit déj’ le lendemain matin, c’était un peu la corne d’abondance de FOLIE : il y avait de tout, mais genre de tout, même des frambroises. Je me suis un peu gavée, mais c’était sans doute l’effet de la gourmandise!!
Au final, j’y allais un peu à reculons, mais en fait, faire la touriste chez soit, c’est TELLEMENT cool!

Seven Hotel
20 Rue Berthollet
75005 Paris

01 43 31 47 52

La côte d’Opale fête les femmes!

Billet sponsorisé

Avec ce week end de 4 jours qui s’annonce (enfin pour ceux et celles qui font le pont), c’est sans doute le bon moment d’en profiter pour aller visiter le joli pays qu’est la Côte d’Opale (oui, même en Novembre).

J’ai de très jolis souvenirs de la Baie de Somme et ses grandes marées. Avec un oncle et une tante qui habitaient Amiens, on allait souvent leur rendre visite en famille. Et on poussait parfois tous ensemble, avec les cousins en Baie de Somme pour se promener, ou aller creuser et ramasser des coques. On allait manger des moules frites au Crotoy ou au Tréport et c’était joli (et c’était bon aussi). Vous saviez que la Baie de la Somme appartenait au club très fermé des plus belles baies du monde (rien que ça). On peut donc s’enorgueillir d’avoir un de ces jolis fleurons dans nos contrées! ^^

La région fête les femmes du 27 octobre au 4 novembre en leur proposant de bénéficier de privilèges si vous séjournez sur place un jour ou plus!

Pour compléter le tout, une page facebook a été mise en place pour que chacune puisse échanger ses bons plans! D’ailleurs, il y a toute une liste de  réductions à télécharger sur la page en question. C’est le moment d’en profiter!

L’Experimental Cocktail Club

La semaine dernière, en sortant du Depur (dont je ne parlerais pas parce que le lieu est grandement surfait), avec un ami nous sommes allés boire un verre à L’Experimental Cocktail Club. Comme son nom l’indique, c’est un bar à cocktails, ou comme disent les puristes, un lieu dédié à la mixologie. Mais comme je ne suis pas une puriste, on dira bar à cocktails ^^.

Ici, point de mojito, de bloody mary ou de gin fizz, le cocktail est élevé au rang d’art pour la plus grande joie de vos papilles. Dans cet endroit, on savoure le breuvage qu’on vous sert parce que non, ça n’est pas une vulgaire pinte qu’on t’apporte alors tant qu’à faire, faut en profiter…

Le lieu est une longue pièce épurée avec une jolie hauteur sous plafond traversée de poutres mais surtout l’élément important c’est le bar. Pas de posters, juste de la brique, un piano dans un coin, quelques rideaux en velours épais pour le côté cosy, des lustres stylisés qui diffusent une douce et chaude lumière tamisée. C’est plein de gens qui parlent anglais (et français aussi) et les barmans sont habillés comme des hipsters. Comprendre chemise à carreaux, barbe de quelques jours, et petite casquette à la française pour l’un, un simple tee shirt noir et une afro entretenue avec un peigne dedans (comme Questlove) pour l’autre. Une musique à tendance soul achève d’habiller musicalement l’ambiance…

L’environnement est plutôt sympa, mais pas si spacieux. Il est 23h00 passé, nous étions un mardi au mois d’aout et il y a malgré tout un peu de monde. Je n’imagine même pas ce que ce doit être en saison normale et un vendredi soir (non, je ne suis pas fan de la foule)… Quelques petites tables basses autour desquelles sont attroupées de nombreuses personnes remplissent la scène. Le reste des clients présents sont autour du bar, bar derrière lequel se dresse un nombre incroyable de bouteilles. La serveuse m’accueille en anglais, et à son ton (parce que je n’ai pas entendu ce qu’elle a dit), je lui réponds « on est deux ». Vu qu’elle me répond en français et qu’elle nous dirige vers une table, je suppose que j’ai bien répondu (je parle anglais hein, mais je n’avais pas mis mon cerveau en mode VOSTFR). Elle attrape deux cartes et nous colle à une table déjà occupée par deux jeunes femmes terminant leurs verres. Ici, on partage sa table parce que le concept n’est pas forcément l’intimité… On dit bonsoir parce qu’on est polis et on consulte la carte proposée. Elle est pleine de noms d’alcools dont je n’ai jamais entendu parler et j’ai vraiment l’impression d’être dans un autre univers qui me dirait « Hey Bienvenue dans la mixologie, cocotte! ». Je ne me démonte pas pour autant (c’est mon côté fille courageuse). Pour le premier cocktail, je prends celui qui réunit 3 ingrédients que je connais : je ne pourrais pas être complétement déçue et c’est le Inna Di Yard qui gagne.

En attendant que nos verres arrivent, on jette un coup d’œil alentours. Le zinc du bar est couvert de choses diverses et variées, il y a même des contenants avec de la menthe fraîche ou de l’aneth (?!?). J’en profite pour regarder les barmans œuvrer. Leurs gestes sont précis et millimétrés. On sent la maîtrise (c’est normal, c’est la mixologie hein). Mais ils font une tête de parisiens un peu (comprendre qu’ils ne sourient pas trop, mais c’est sans doute parce qu’ils sont concentrés).
Nos verres arrivent. Je sens, je goute, et là je fais mmmmmhhhhhh : c’est délicieux et mes papilles kiffent. Le breuvage est nuancé et plein de saveurs différentes. Ça vire presque au test gustatif pour reconnaître chaque composante. Comme je ne connais pas le gout des alcools utilisés, je ne suis guère avancée, donc je savoure et c’est tout. Alors c’est donc ça la mixologie? Une vraie cuisine de liquides divers et variés pour obtenir ce résultat aussi bon? Je mets mon ton moqueur dans ma poche et j’apprécie le verre qu’on m’a apporté…
Les jeunes femmes paient et s’en vont et nous prenons leurs places. La serveuse passe plusieurs fois pour nous demander si on a fini nos verres. Soit elle est aveugle (puisqu’ils ne le sont pas) soit c’est voulu de nous presser pour qu’on parte ou qu’on prenne autre chose. L’un comme l’autre, c’est particulièrement agaçant. Les verres se vidant vite, nous commandons deux autres cocktails : une Brunoise (j’ai reconnu le cointreau) pour moi et un Mistake 1 pour mon comparse. J’avoue que j’ai mal joué : le Mistake 1 est meilleur que la Brunoise. Je ne vais pas dire que je suis déçue, c’est un peu le jeu… La serveuse colle deux amoureux en face de nous qui ont pris la même chose (ou c’est le hasard ou ce sont des habitués ah et ils parlent anglais, décidément, c’est sans doute un bar indiqué dans un guide anglophone ^^). Les verres à peine terminés, la serveuse nous apporte fissa la note. On paie les 50€ (et oui, pour 4 cocktails, c’est cher, mais encore une fois c’est parce que c’est la mixologie, comme c’est de l’art, tu paies et tu souris).

Voilà… :)

Verdict? On y va si on a envie de boire un verre qui change du mojito ou qu’on veut épater une jeune femme (ou un jeune homme, ou son contrôleur des impôts, ça devrait marcher aussi). J’avoue que j’ai trouvé le bar agréable et les boissons vraiment savoureuses (par contre la serveuse, c’est pas ça, et le sourire des barmans c’est aussi en option, mais on est à Paris, on a l’habitude des gens qui tirent la tronche). Préférer le début de semaine et la fin de soirée (ou le tout début) : sinon il est fort possible que vous fassiez le pied de grue dehors pour rentrer et le tout pour retrouver la foule à l’intérieur. Mais après tout, si vous aimez vous frotter aux autres (au sens premier du terme), ça devrait vous plaire! (du coup, on m’a parlé d’un autre bar à cocktail, le prescription que j’irais essayer aussi, juste pour voir si la bas, les gens sourient :p)

Compter entre 12 et 13€ pour les cocktails

Experimental Cocktail Club
37 rue saint sauveur
75002 Paris