Tilt, le vélo pliant de Décathlon…

Il y a quelques semaines, Marie Camille m’a proposé de tester Tilt,le vélo pliant de btwin, filiale de Décathlon (je ne sais pas pourquoi ils ont choisi un nom qui me fait penser soit à un flipper soit à un site de rencontres, mais admettons ^^).

Ce vélo pliant prend le parti d’être assez malin pour se faufiler partout : dans les rues en mode vélo normal, ou chez vous sous une table ou sur votre balcon en mode vélo pliant, et il peut même prendre le métro (on a pris la ligne 13 ensemble :))

J’ai pu le tester pendant les Red Bull Skylines au Grand Palais. Je n’ai pas fait de Flip ou de 360 ou de ollie. Non, moi, j’ai juste regardé les pros faire. Mais avant, je suis allée me promener dans Paris pour tester le vélo en milieu urbain (et Paris un samedi après midi, c’est la JUNGLE ^^)

Alors, la bestiole? Eh bien, c’est pas mal du tout : 3 vitesses, la chaine est protégée par le cadre donc pas de graisse sur le pantalon. Je regrette juste que l’entrée de gamme ne possède pas de garde boue. Rouler dans Paris sur une chaussée mouillée, ça finit par rendre votre manteau un peu humide.
Par contre, le fameux système 1 seconde quand on a pris le coup de main c’est d’une facilité déconcertante, en mode hop hop ^^
Moi qui a plus l’habitude de faire du velib, je trouve que cette alternative est vraiment pas mal du tout.

Mais si, là, tu vois il faut que tu appuies sur ce bouton, c’est trop facile!

Mais faire du vélo, à Paris, quand il fait beau (ce qui était le cas ce jour là) est vraiment agréable. J’attends les beaux jours pour pouvoir à nouveau aller donner des coups de pédale dans la ville. Là, je mets le vélo en pause. Déjà à pied j’ai froid, je pense qu’en vélo, je serais toute frigorifiée!

Les vélos sont disponibles sur le site de Décathlon, et la livraison est offerte!
(si vous voulez faire un cadeau à un cycliste, c’est le moment!)

Et en cadeau bonus, une énième photo ou je fais n’importe quoi (ça ne change pas ^^ et non, je n’ai plus les cheveux aussi flamboyants :)) Et oui, sur ce vélo, on file comme le vent dans les couloirs de bus parisien o//

Commentaires

  1. Jean-Jacques a écrit

    « J’attends les beaux jours pour pouvoir à nouveau aller donner des coups de pédale dans la ville. Là, je mets le vélo en pause. Déjà à pied j’ai froid, je pense qu’en vélo, je serais toute frigorifiée ! »
    Pour rouler quotidiennement à vélo en banlieue parisienne, je vous informe que sauf pour les (très) courts trajets pendant lesquels le corps n’a pas le temps de « chauffer », on a très vite chaud à vélo, bien plus qu’à attendre un bus ou un train.: en ce moment, je n’ai besoin que d’une paire de gants, un t-shirt, une chemise manches longues et un gilet en polaire. Mais je reconnais ne pas être frileux.

Laissez votre commentaire!