5 conseils pour faire du vélo à Paris

Ma vie, mon blablaParis
2 novembre 2016 / By / , / 1 Comment

Après deux ans d’une passion sans nuage avec ma chère Irène (ma bicyclette, achetée sur le bon coin il y a 2 ans, un Poulidor doré pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi ) et une première année en 2013 avec un vélo un peu pourri, j’ai décidé de suspendre mon abonnement Navigo pour passer en mode full vélo. Oui, juste avant l’hiver. Et si je passe cet hiver sans encombre, je serai bonne pour faire tous mes trajets en vélo quel que soit le temps, quel que soit l’heure du jour ou de la nuit. Ce que je fais déjà en fait : il est très rare que je prenne les transports en communs désormais sauf en cas de pluie de folie, de coups de vents violents ou de chutes de renards enragés.
J’ai donc pu cumuler un peu d’expérience avec ma pratique et je peux partager mes 5 conseils pour faire du vélo à Paris

poulidor

Je vous présente Irène quand je l’ai récupéré.
(Irène qui s’est appelé pendant un certain temps Albert, mais bon, comme les vélos n’ont pas de genre, c’est pas bien grave ^^)

Je ne vais pas revenir sur le fait que faire du vélo c’est bon pour votre santé, c’est moins cher, c’est plus rapide, et que ça apporte un sentiment de liberté indéniable dans la ville (surtout pour moi). Mais pédaler en hiver quand il fait froid, c’est quand même chaud du slip : qu’à cela ne tienne, j’ai décidé de le faire. Plein de cyclistes le font, pourquoi pas moi ?  C’est pas dit que je tienne sur toute la saison, sans compter que mon vélo freinant mal par temps de pluie, je serai obligée de le laisser à la maison quand Paris se retrouve sous les averses (en attendant que je change les roues)… Mais il n’empêche que je peux déjà vous partager des conseils que j’aurais aimé connaître quand j’ai commencé à arpenter la capitale.

1 – Révisez votre matériel !

Ça paraît évident, mais oui, il faut réviser votre vélo régulièrement. C’est un assemblage de pièces mécaniques qui a besoin d’entretien : la chaîne doit être graissée régulièrement, les pneus doivent être gonflés, il faut vérifier les freins, vérifier votre dérailleur, dévoiler les jantes parfois et si certaines choses sont à votre portée (parce que c’est vraiment simple, comme changer les tampons de freins que j’ai fait seule), le faire réviser par un professionnel n’est pas du luxe. J’ai emmené ma bicyclette chez les Cycles Tosi à côté de chez moi pour lui faire une petite révision annuelle. Je leur ai demandé de changer les câbles de frein et leur prochaine mission sera sans doute de changer les roues et les pneus qui sont toujours d’origine (c’est à dire très vieux et un peu casse gueule quand il pleut). Et je retournerai là bas parce qu’ils sont sympas, cools, pros et qu’ils ont un petit chien trop mignon (oui, c’est le détail auquel je suis sensible que voulez-vous)

2 – Pour être en sécurité : soyez vus / entendus !

A Paris, entre les piétons, les scooters, les voitures, les pistes cyclables mal indiquées, les touristes en goguette le nez en l’air, il faut qu’on puisse vous voir ou au moins vous entendre arriver… Ma sonnette est très souvent utilisée quand je suis sur la piste cyclable du boulevard Rochechouart, un parti pris un peu hasardeux ou les vélos côtoie la zone piétonne mais sur une partie délimitée et mal identifiée. Résultat, je ne compte plus le nombre de fois ou ma sonnette ne suffisant pas, il fallait que j’élève la voix (et j’ai insulté un mec une fois qui m’avait vraiment énervé, ce qui m’arrive genre, jamais, c’est dire)

Etre vu est aussi l’autre partie indispensable : la base est d’avoir des lumières à l’avant et à l’arrière. J’ai démonté l’ancienne dynamo qui fonctionnait encore, mais qui ajoute de l’effort supplémentaire dans certains côtes dont je me passerai bien.

vélo à Paris

Ayant retiré la lumière à l’avant pour installer mon panier, j’ai acheté un support sur potence et une lumière à leds trouvés sur LeCyclo.com. Mon feu arrière à led lui, vient de chez Amazon. Il faudrait aussi que je m’achète un casque noir pour pouvoir mettre des pois réfléchissants desssus

Dans mes prochains achats, il faudrait que je me trouve des bandes réfléchissantes pour qu’on me voit encore mieux la nuit. J’avais jeté un oeil sur la gamme de fringues de Levi’s, la commuter, mais c’est encore des fringues de hipster, c’est un tout petit peu relou. Et trouver des vêtements femmes pour faire du vélo qui ne soit pas mamie allemande ou qui coûte un rein, c’est un peu impossible Si vous avez des pistes, je suis super preneuse !

Par contre, vraiment, arrêtez de faire du vélo avec votre casque audio : c’est super dangereux. C’est le meilleur moyen de se couper du bruit de la circulation et de ce qui vous entoure : vous n’entendez pas ce qui arrive ni à l’arrière, ni sur les côtés. C’est la meilleure manière de s’isoler et d’être moins attentif aux dangers qui peuvent survenir (j’ai l’impression d’être votre mère quand je parle comme ça, mais c’est vrai). Et puis ça pourrait vous couter aussi 135€ d’amende. J’avoue que devoir crier derrière un vélo parce que la personne ne m’entend pas à cause de ses écouteurs, c’est particulièrement agaçant.

3 – Protégez votre vélo

L’angoisse à Paris c’est de se faire voler son vélo. Une de mes collègues s’est déjà fait voler le sien parce qu’il a dormi une nuit dehors (et sans doute aussi parce que son anti-vol n’était pas assez décourageant pour les voleurs). xOn ne va pas se mentir, les cyclistes ont souvent entendu parler de quelqu’un qui s’était fait voler leur vélo et qui le retrouvait quelques heures plus tard sur le bon coin. Pour éviter que cela vous arrive, je ne vous conseille que trop d’investir un tant soit peu dans un cadenas assez efficace, voir deux. Ce qui est mon cas. J’ai un cadenas Kryptonite que je mets sur ma roue arrière et une grosse chaîne, achetée chez Bicloune il y a longtemps qui me permet d’accrocher mon vélo n’importe ou. Leur niveau de sécurité est importante, plus il est élevé, plus il est solide (mais plus il est cher). Il arrive même que le cadenas puisse être plus cher que le vélo, mais entre nous, c’est un investissement qui en vaut largement la chandelle. Je serais vraiment très peinée si on me volait ma bicyclette aujourd’hui.

4 – Pimpez votre vélo pour qu’il soit confortable !

Si votre vélo devient votre majeur outil de transport, vous allez vouloir l’améliorer un peu. Sur le mien, ma selle était toute pourrie, inconfortable au possible et me donnait vraiment mal aux fesses. C’est la première photo qu’on voit en haut, ma bicyclette avec sa selle noire et ses poignées en plastique blanc. Ce fut sans doute les premières choses que j’ai changé : tout d’abord une nouvelle Selle Royal pour une version bien plus confortable, large, avec du gel pour prendre soin de mon popotin. J’ai ensuite changé les Poignées qui étaient en plastiques et arrivaient à me faire des cals dans les mains (ambiance retour des champs alors que la dernière fois que j’ai bêché un truc, Britney Spears était encore cool).

Processed with VSCO with b1 presetSelfie au vélo

J’utilise mon vélo pour transporter énormément de choses. Avant, j’avais un sac à dos, puis j’ai essayé d’installer un panier à l’arrière mais j’ai fini par trouver mon bonheur sur un site bordelais au joli nom de Pierre qui roule avec ce panier porteur argenté assez large et qui peut même porter un appareil à raclette, c’est dire si c’est génial. J’ai du démonter ma lampe avant et retirer deux ou trois choses pour pouvoir l’installer, mais à l’usage c’est une chose dont je ne me passerai plus.

Je ne saurais que trop vous conseiller d’investir dans des gants quand il fait froid, un tour de cou digne de ce nom, un bonnet doublé polaire au niveau des oreilles et d’un joli poncho contre la pluie, mais vous le saviez déjà non ?

5 – Les applications indispensables !

Pour se déplacer, il y a de très nombreuses applications qui existent de Google Map en passant par City Mapper ou Via Navigo. Si j’utilisais Google Maps pour me déplacer en vélo, j’ai fini par installer Geo Velo Paris, l’application pour faire du vélo à Paris. Pourquoi cette appli ? Tout simplement parce qu’elle vous propose des itinéraires un peu plus longs mais qui vous évitent des côtes qui vous font arriver ruissellant de sueur à un rendez vous en vous indiquant des passages avec des côtes douces et plus faciles à gérer. Et j’ai le souvenir d’une petite côte vers Belleville qui m’a tellement achevée que j’ai fini à pied.

Et pour celles et ceux qui veulent connaître le nombre de kilomètres parcourus, l’application Strava est parfaite pour ça. Vous avez le suivi de vos temps, des distances effectuées par semaine ou par mois, vous pouvez suivre des connaissances ou amis qui sont en vélo également, vous pouvez y mettre des challenges comme faire 40km par semaine (et parfois pour moi, ça se fait assez vite).

Voilà, vous savez tout ! J’espère que ces quelques conseils vous auront donner envie d’aller faire dé vélo, oui, même en hiver et même quand on annonce que la météo sera de moins en moins clémente :p (nous sommes des personnes de challenge non ? ^^)

 

Ps : et j’en profite pour vous conseiller également l’article de Camille sur le même sujet, hyper complet également et qui m’a fait acheté des Halo belts

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

Le petit chat est mort…
6 juillet 2017
Quand le street art s’installe dans une école parisienne…
13 juin 2017
Mes podcasts préférés
6 juin 2017

1 Comment

  1. bbenit dit :

    Super article qui donne envie de faire du vélo. Merci et les conseils que tu donnes sont avisés.
    Pour être vu et être en sécurité j’ai acheté un casque chez Torch (http://torchapparel.eu).
    Ce casque à la particularité d’incorporer une lumière avant et arrière. Lumière à LED fonctionnant avec plusieurs modes (fort/faible, fixe/clignotant).
    L’intérêt est triple avec ce casque : 1- avoir sa tête protégée, 2- être vu sur son vélo (de face, de dos, de côté), 3 être vu si tu marches à côté de ton vélo…
    Voilà pour mon apport d’adresse sur ce coups là…

Laissez votre commentaire !

A propos

Bienvenue sur mon blog ! Je suis Sophie, j'habite Paris depuis 8 ans et c'est une ville que j'aime beaucoup. J'adore voyager et faire des photos de mes excursions d'ou je ramène toujours une spécialité culinaire J'ai un chat adorable qui s'appelle Kennedy et une bicyclette dorée qui s'appelle Irène. Soyez les bienvenus chez moi :)

Le tricot pour les Sans Abris !
Le tricot pour les Sans Abris !
J’aime
J’aime
Les jolie choses chez MonShowRoom

La bonne adresse parisienne
La bonne adresse parisienne

Un repas vegan, rasta et bon ? Direction Jah Jah by le Tricycle !

%d blogueurs aiment cette page :