Le jour d’après…

Voilà, nous sommes le jour d’après.

Le choc, l’horreur, les larmes, la peine, la tristesse, la colère, la stupeur, l’incrédulité : nous avons vécu un mélange d’émotions fortes que seuls les événements que nous avons vécu ces derniers jours peuvent provoquer…  J’ai l’impression d’être restée figée dans la futilité de mon quotidien pendant ces 5 derniers jours. Je n’arrivais ni à me concentrer ni à penser : tout paraît tellement ridicule face à ça !
Puis ça a pris fin ; aussi violemment que ça avait commencé et les questions qui se sont accumulées resteront définitivement sans réponses…
Avec cette fin, je suis sortie de l’apnée dans laquelle j’étais plongée, libérée et soulagée d’un poids immense.
Comme plein de gens, j’ai ressenti le besoin de rejoindre d’autres personnes pour partager ces sentiments, pour faire front, et pour dire qu’on est plus forts que tout ça. Ce besoin humain de se rassembler n’aura sans doute jamais été aussi puissant…
Avec deux millions d’autres, nous avons marché avec Sophie, Emilie-Anne parmi cette foule d’anonymes pour soutenir les familles de ceux partis trop tôt, afficher notre rejet de la terreur. Et surtout brandir cette liberté, si chère à nos cœurs.

J’avais besoin de me rassurer sur la nature humaine. De voir si nous, les français, étions capables de nous rassembler malgré nos différences après quelque chose d’aussi horrible. Et oui, j’ai été rassurée. Rassurée de voir que cette majorité silencieuse avait décidé elle aussi de se montrer, de se réunir autour d’un même traumatisme… Nous, les citoyens, de tout bord politique et religieux étions soudés autour de cette même peine et de ce même refus. Et c’était beau de nous voir tous ensemble avec les mains dans les poches ou tenant des affiches ou des stylos, avec leurs sourires, avec leur patience (parce qu’on a dû faire 500m en 3h), leurs rires, leurs yeux embués par l’émotion, leurs applaudissements et parfois la Marseillaise… Et j’ai été fière de nous, fière de mon pays. Je me répète mais c’était beau.

Je ne sais pas si cet instant de communion continuera, mais je le souhaite très fort. :love:

je-suis-charlie-republique

Ps : désolée pour l’épanchement, mais j’avais des morceaux encore collés malgré la manif’, il fallait que je les mette quelque part…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ou dormir à Paris : L’Hôtel George

hotel-astotel-george-opera-entree-decoration-baby-footL’année dernière (j’aime bien dire ça quand l’année vient de se terminer il y a moins de 15 jours :)) j’ai reçu un communiqué de presse pour présenter l’Hôtel George Opéra et me proposer de le tester. Oui, un communiqué de presse, comme si j’étais une journaliste (ce que je ne suis pas, même si grâce à cette carte, j’aurais sans doute droit à des avantages fiscaux, mais je m’égare :p )

Je connaissais déjà cet hôtel : je passe quasiment devant tous les jours avec le bus 74 pour rentrer chez moi. Sans compter que j’avais déjà repéré ses moustaches peintes sur sa devanture vitrée et son baby foot qu’on voit de l’extérieur (oui, j’ai un truc avec les baby foots).

Arrivée dimanche soir, j’ai diné à la Buvette, chouette restaurant, une trentaine de couverts, du bon vin et des trucs bon à manger avec et l’un des rares à être ouvert le dimanche soir dans le quartier. Aucune photos : le restaurant était très sombre, mais si vous avez l’occasion d’y manger, allez y ! :)

[Lire plus…]

Le PNY est il le meilleur burger de Paris ?

paris-new-york-burger

Derrière ce titre racoleur pour les gourmets, se cachait une vraie question : est ce que cette enième adresse parisienne spécialisée dans le burger serait L’ADRESSE ultime pour le meilleur burger de Paris ?

Je peux vous dire qu’il y a du challenge puisque depuis un an et demi, nos bureaux sont situés à 50 m de Big Fernand, rue du faubourg poissonnière. Et quand cette adresse est votre première référence du burger qui vous fait dire « Oh My God ! » à chaque bouchée, il est difficile de faire aussi bien, si ce n’est mieux  ! Mon petit frère toulousain que j’ai emmené là bas a même eu ces mots élogieux « C’est le paradis dans ma bouche » (voilà, faut il en ajouter plus ? Non, tout est dit :) ).
(oui, dans la famille, on n’est pas du tout dans l’excès :p )

[Lire plus…]

La nouvelle boutique Des Petits Hauts, rue Keller

des-petits-hauts-rue-keller-irene-irene1

Quand ma collègue-voisine-copine Cococerise m’a proposé d’aller voir la nouvelle boutique Des Petits Hauts avec elle, rue Keller, on s’est dit « on y restera max 30 minimum, rien ne ressemble plus à une énième boutique de fringues ».

Erreur totale : nous avons avons passé pas mal de temps dans cette boutique qui propose également un corner ou tournera tous les 3 mois de nouvelles collaborations. Là, c’était mes voisines de Irene Irene : du vintage et du design. Ça ne pouvait que me plaire :)

Au final, je suis repartie de cette boutique avec plein d’images dans mon appareil photo et j’ai acheté un joli sweat gris (oui, encore un) mais avec des pois dorés (celui dont je parlais déjà ici ^^)

Je vous montre ?

[Lire plus…]

Acide, le meilleur brunch des Batignolles

Oui, direct comme ça, je décrète que le Salon de Thé Acide, mérite l’appellation de meilleur brunch des Batignolles.

Il y a quelques semaines, la demoiselle balbc est revenue de Genève le temps d’un week end et nous nous sommes retrouvées avec Cococerise et Luckyslug autour d’une grande table au salon de thé Acide. Adresse dénichée sur le blog d’Eamimi et heureusement que notre suissesse est à l’affût de bonnes adresses parce que ce brunch fut un délice total ! Et pour un prix identique avec les autres brunchs du quartier (excepté celui du Bloc, mais c’est un autre sujet), la qualité et l’originalité des produits proposés pour ce faux brunch explosent allégrement tous les autres restaurants du coin.

acide-salon-de-the-chocolat-chaud

[Lire plus…]