Etre « Chef du bonheur » chez A little Market

Ma vie, mon blabla
31 août 2016 / By / , / 13 Comments

Demain soir, je passe à la télé (grosse pression mais je ne serai pas devant ma télé, je serai dehors en train de boire des verres pour oublier :p) .
Je fais partie de nombreuses personnes interviewées  pour un reportage diffusé sur Envoyé Spécial qui montre les différentes manières d’apporter du « bonheur » au travail. Vaste programme, me direz-vous, et vous poserez sans doute une question juste après  : des gens qui rendent leurs collègues heureux ? Mais c’est pas un vrai travail ça !

Et bien si, et en fait, on est assez nombreux en France. Entre les chief happiness officer chez Alloresto ou Frichti par exemple, les feel good managers chez Orange,les chefs du bonheur, et autres noms un peu loufoques dans d’autres entreprises, nous sommes une équipe de l’ombre

Pour ma part, j’ai  embrassé ce nouveau métier après 10 ans de community management dans diverses entreprises (et une certaine lassitude de ce poste, on ne va pas se mentir). Après 3 ans de présence au sein d’A little Market, je me suis vue proposer un nouveau poste (dans une équipe de moins de 50 personnes, la mobilité interne ne parait pas toujours évidente et pourtant c’est faisable !).
La fonction de « chef du bonheur » (ou Chief Happiness Officer) n’existait pas en tant que telle au sein de AlittleMarket et était gérée par une équipe d’une dizaine de personnes qui se réunissait une fois à deux fois par mois pour définir les prochains événements à venir. Grâce au rachat de l’entreprise par Etsy et des postes existant déjà dans les autres bureaux à travers le monde, un poste s’est ouvert dans le bureau parisien pour offrir le même niveau de prestations aux employés dans un souci d’uniformisation.
Et pour moi, ce ne fut pas un changement énorme :  en tant que Community manager, je m’occupais déjà naturellement de nombreux événements internes comme les apéros ou les barbecues :p

barbecue alittle market

(Hey ! Salut Lucile, notre reine de la saucisse )

Mais alors, concrètement, tu fais quoi ?

Alors non, je ne passe pas mes journées à faire des barbecues (déjà parce que c’est une activité saisonnière et qu’en hiver, c’est un peu compliqué ) mais j’ai des journées assez intenses. Mon poste est couplé à une fonction d’office manager, qu’on pourrait comparer à une fonction de gestionnaire des services généraux. Du coup, je fais énormément de choses différentes et c’est la polyvalence de ce poste qui me plait beaucoup, ça et celui de m’occuper de mes collègues et faire en sorte qu’ils se sentent bien au travail. Le « bonheur des employés » ne peut, bien sûr, reposer seul sur mes épaules, le management est également une partie essentielle pour que les collaborateurs se sentent bien dans notre entreprise.

Mon quotidien donc, est partagé entre des fonctions de communication interne, d’événementiel, de services généraux et de RH. Dans le tas, il y a : réfléchir aux prochaines animations, mettre en place des formations pour le middle management, s’assurer que la culture d’entreprise soit claire pour chacun ainsi que les valeurs de l’entreprise, faire des courses pour nourrir tout le monde, appeler des prestataires quand on casse des vitres (ahem), organiser la journée de Noël ou de l’été, organiser des « Lunch & Learn » (à l’heure du déjeuner, une personne dispense une formation ou présente un sujet pendant que les collaborateurs déjeunent), réparer des petites choses et faire des trous dans des murs pour mettre des étagères (moi qui adore le bricolage, je suis ravie :p), accueillir les petits nouveaux, animer des réunions avec mes collègues pour travailler aux événements à venir et ce qu’ils auraient envie de faire, m’assurer que l’environnement de travail soit sûr, contrôler que le mobilier soit adapté au poste et acquérir des fournitures plus ergonomique si besoin, trouver des solutions rapides quand on a un dégât des eaux et une coupure de courant dans une partie des bureaux en même temps, rédiger un bulletin interne mensuel, remplir des tableaux de coûts et tenir un budget, organiser des goûters d’anniversaire (oui, comme à l’école :p), gérer la sécurité des locaux, rechercher des nouveaux locaux pour le prochain déménagement parce qu’on commence à être tout tassés, encadrer notre assistante et voir avec elle les actions de développement durable ou de bénévolat qu’on peut mettre en place en interne, etc, etc… Etsy est une entreprise B corp et cela implique des engagements écologiques, sociétaux et autres assez forts.
Et puis parfois, gérer des choses moins reluisantes comme des souris mortes, des toilettes bouchées ou des cacas de pigeons (merci Paris).

Ghostbusters-2016

Ceci est l’épisode Caca de pigeons, oui, mes collègues adorent le loltoshop.

Avant, en tant que Community manager, je m’occupais d’une communauté de membres virtuels, aujourd’hui je gère une communauté de collaborateurs. Finalement, cela n’est pas très différent, mais ça apporte beaucoup plus de sens à mon travail au quotidien.
Est ce que j’ai l’impression de servir à quelque chose ? Oui, tout à fait. En début d’année, nous avons participé au sondage Happy at work : un sondage anonyme disponible sur leur site et qui permet d’avoir l’avis des employés. Le résultat fut bluffant : l’entreprise est arrivée 3ème dans la catégorie Startup de moins de 50 employés ou il fait bon travailler (et on a loupé la deuxième place à un centième :/).

Et si on veut être chief happiness officer dans sa boite, on fait comment ?

Le plus simple est sans doute de présenter un projet à votre service RH si vous en avez un, en expliquant tout l’intérêt de ce poste : des personnes plus sereines et donc plus efficaces, une manière d’attirer de nouveaux collaborateurs talentueux ou avoir une image employeur positive. Je connais peu de personnes qui ont réussi à être embauchés directement de l’extérieur à ce poste mais ça n’est pas impossible (comme Florelle Moire chez Intuiti). Il faut sans doute une bonne connaissance de l’entreprise, sa culture pour pouvoir avoir une image globale de celle-ci, exercice moins évident quand on vient juste d’arriver.

Mais il y a aussi autre chose à ne pas négliger :  le savoir être, et les qualités humaines liées à ce poste. Si il fallait lister ces qualités, je choisirais celles-ci : pratiquer la bienveillance, être à l’écoute, avoir le sens de l’empathie et savoir être  diplomate, débrouillard, créatif et altruiste. En tout cas de mon point de vue. Il y a des jours ou on a des hauts et des bas et ce n’est pas toujours évident d’être à l’écoute pour diverses raisons, mais on le fait parce que c’est le job et que je l’ai choisi et que je suis ravie d’être ici.

Et pour la paie ? Ça se passe comment ?

Et bien, encore une fois, je crois qu’il n’y a pas de règles. Mon salaire est celui d’un community manager senior (avec 10 ans d’expérience donc). Il n’est donc pas représentatif d’un salaire de chief happiness officer. Et je crois que c’est le cas de la majeure partie des chief happiness officer : ils ont le salaire de leur ancien emploi dans leur entreprise… (et non, je ne vous donnerai pas mon salaire exact, la France a un souci avec l’argent :p)

Il y a une formation pour faire ce métier ?

Pas à ma connaissance, ce métier fait partie de ces nouveaux métiers émergents (60% des métiers de 2030 n’existent pas encore ) et se module en fonction des besoins de l’entreprise. Du coup, je ne sais même pas si ce métier existera encore dans 10 ans ou si il aura lui aussi changé et se sera professionnalisé encore plus

Voilà, vous savez tout. Si vous avez des questions, vous pouvez les poster dans les commentaires, j’essaierai d’y répondre rapidement !


 

Et sachez que si vous voulez nous rejoindre, nous cherchons de nombreux postes en CDI : un/une ingénieur full stack et un/une ingénieur PHP

Vous aimerez aussi...

Les neufs vies de mon chat…
16 mai 2017
5 conseils pour faire du vélo à Paris
2 novembre 2016
De retour à New York !
6 octobre 2016

13 Comments

  1. Super! Je suis aussi unpeu en charge du bonheur de l’entreprise dans mon job a organiser differents evenements, etc. C’est tellement important pour que les employes se sentent bien

    • Sophie dit :

      Nous sommes bien d’accord, et il y a pas mal de postes qui récupèrent cette partie du boulot parce que cela peut paraître un peu compliqué de dédier un poste à 100% pour ça parfois… Les ruisseaux font les grandes rivières

  2. Donc je n’ai pas vraiment saisi la différence entre le métier de Chief Happiness Officer et celui d’Office Manager finalement ? Je pose la question car j’ai été Office Manager il y a trois ans et j’ai l’impression de lire la description de mon ancien poste.

    • Sophie dit :

      On va dire que mon cas est particulier puisque je fais les deux et que très souvent, les office managers gèrent une partie du job de CHO. Mais il existe des personnes qui ne font que ça : comme Nathalie Forestier d’Allo Resto ou Florent Voisin d’OVH. Comme c’est un nouveau job, les tâches peuvent être attribuées à un autre poste. Et ces tâches vont bien avec l’Office management qui est déjà un peu celui qui s’occupe de tous les employés d’un point de vue pratique (puisque c’est grâce à lui qu’on a du papier toilettes :p)

  3. olivier dit :

    Hahaha je tombe sur le reportage par hasard, je me dis « mais cette tête me dit quelque chose, ce ne serait pas larcenette ? » et BAM !

  4. FORTAT Emilie dit :

    Bonjour, Je suis actuellement en questionnement sur une reconversion professionnelle et m’intéresse depuis quelques temps à ce poste de « Chief Happiness Officer ». J’adorerais en discuter avec vous si vous avez quelques minutes à me consacrer.
    Je tente en effet de monter un dossier pour présenter ce poste à ma société.
    Des conseils seraient les bienvenus.
    Dans l’attente de votre réponse.
    Merci Emilie

  5. VERONIQUE BADRIGNANS dit :

    bonjour
    dans le cadre d’un bilan de compétences qui semble clairement se conclure par le choix de ce métier – que j’exerçais s’en m’en rendre compte dans la société où je suis encore en poste pour le moment ( la reine de l’apéro…), je souhaiterais pouvoir échanger quelques minutes avec vous, au sujet de ce que vous faites afin de réunir le maximum d’informations pour mettre en place le plan d’action ou de formation afin de pouvoir ensuite me lancer
    Je me doute que vous devez être bien occupée! j’espère que vous aurez un tout petit peu de temps à m’accorder!
    Cordialement
    Véronique

  6. Julie dit :

    Bonjour,
    Je viens de lire votre article qui est vraiment très intéressant
    Je suis en pleine remise en question professionnelle, une sorte de bilan de compétences et le métier que vous exercez arrive en top 1 des métiers qui me plairait. Il nous est conseillé, et je souhaitais le faire dans tous les cas, de réaliser une enquête métier auprès d’un professionnel afin de lui poser des questions, d’en apprendre + sur le poste, les conditions de travail, et de voir si cela pourrait nous correspondre.
    Je me permets donc de vous contacter pour savoir si vous seriez disponible pour répondre à mes questions, au téléphone ou dans un café, à votre convenance (je suis disponible à tout moment), s’il vous plait ?
    En vous remerciant par avance pour votre réponse.
    Cordialement,
    Julie
    0676046672

  7. Louise Faist dit :

    Bonjour, j’ai 18 ans et suis en pleine réflexion sur ma voie professionnelle. Votre description du métier me fait énormément écho à ce que je suis, et ce que je veux faire!

    Je sors d’un Bac ST2S, je ne sais pas vers quelle formation me tourner : RH? Community manager? Autre chose?

    Merci pour votre article,
    Louise

Laissez votre commentaire !

A propos

Bienvenue sur mon blog ! Je suis Sophie, j'habite Paris depuis 8 ans et c'est une ville que j'aime beaucoup. J'adore voyager et faire des photos de mes excursions d'ou je ramène toujours une spécialité culinaire J'ai un chat adorable qui s'appelle Kennedy et une bicyclette dorée qui s'appelle Irène. Soyez les bienvenus chez moi :)

Le tricot pour les Sans Abris !
Le tricot pour les Sans Abris !
Les jolies choses chez Etsy
%d blogueurs aiment cette page :