La soupe pour les nuls!

Quand j’étais petite, je n’aimais pas trop la soupe. Je crois que c’était surtout dû à l’odeur du poireau qui cuisait, odeur assez forte qui montait jusque dans ma chambre et qui m’indiquait que youpi, ce soir, j’allais surtout manger du pain avec du beurre. Parce que même avec des parents qui te répètent « Mais goûtes un peu au lieu de faire ta forte tête », quand il y a un aliment que tu n’aimes pas, tu n’aimes pas.
Aujourd’hui, mon gout a bien changé : j’adore les poireaux, je croque dans les endives à pleine dents et je savoure les branches de céleri. On m’aurait dit ça il y a dix ans, j’aurais franchement rigolé. (la maturité, tout ça :p)

Il n’empêche qu’aujourd’hui, je fais de la soupe un peu comme ma mère avec des poireaux dedans. C’est ce que j’appelle ma soupe de l’hiver avec tout plein de légumes de saison dedans.

Pour faire de la soupe archi basique il faut
de la pomme de terre
de la carotte
du navet
du poireaux
de l’oignon
un kubor
du sel
du poivre
de l’eau
du temps

Voilà.

Soupe pour les nuls

Moi j’aime bien la soupe avec des morceaux, la soupe moulinée ou il ne faut pas mâcher, ça me perturbe… J’épluche donc tout ça, je coupe en cubes, et je mets le tout dans une casserole et je rajoute de l’eau à hauteur (comprendre qu’une fois que l’eau commence à faire flotter les légumes on arrête d’en mettre, voir même on arrête même un peu avant).
Si vous aimez la soupe mouliné, il est possible qu’elle soit très épaisse pour cause de ne pas assez d’eau. Du coup, il vaut mieux rajouter un peu d’eau pour que la texture soit à votre gout!

Et du coup, dans la série Soupe de l’hiver, j’ai aussi une courge butternut qui m’attend depuis un petit moment, et qu’il va bien falloir que je cuisine. A part de la soupe, je me demande bien ce que je pourrais en faire : des idées?