Photo Voyage

Une journée à Nara

By
on
4 février 2020

Lors de notre voyage au Japon, après Tokyo et les alpes japonaises avec Matsumoto, Kanazawa et Takyama, nous avions décidé de rester à Kyoto, d’en faire notre « QG » et de prendre le train pour aller à Osaka et Nara plutôt que déplacer toutes nos affaires à chaque fois pour une nuit sur place. Et au final, c’était un très bon choix : moins de fatigue, et surtout quand on rentre, on peut se poser directement dans son futon :p

Si on a un peu galéré dans la gare de Kyoto pour trouver le bon train qui allait à Nara (entre les directs, les semi directs sur le panneau des départs, comprendre sur la machine quel ticket prendre et quel train correspond à quoi, on était perdu et au final, on ne savait même pas si on avait pris le bon billet pour le bon train ^^), une heure et demi plus tard, nous arrivions dans la ville.

Mais d’abord, un peu d’histoire et des chiffres !
Nara est la première capitale fixe du pays (710-784). Auparavant, chaque fois qu’un souverain ou empereur décédait, il fallait s’implanter dans une nouvelle ville puisque celle qui avait hébergé le décès du souverain se retrouvait frappée d’impureté provoquée par la mort (qui est le plus haut niveau d’impureté dans la religion shintoïste) et surtout, ça permettait d’éviter de croiser le fantôme du souverain…
Mais comme c’était pas très pratique cette histoire ; devoir détruire des palais et les reconstruire, déplacer la cour et l’administration à chaque fois (et ça devait coûter pas mal d’argent aussi), ils ont fini par abandonner ce système d’impureté et ont décidé de fixer durablement la capitale. Et la première fut donc Nara ! Avant Tokyo, les principales capitales fixes furent Kyoto (anciennement Edo), Osaka et Nara…
Nara possède un certain nombre de monuments classés au Patrimoine mondial de l’Unesco (les 8 monuments de l’ancienne Nara en fait), ce qui rend la ville très touristique malgré sa petite taille.
Et comme tout est assez concentré et se fait facilement à pied, c’est plutôt facile de tout caser en une journée ! (on est un peu fainéant et on a fait que les principaux sites mais c’est déjà pas mal )

Nara était notre petite bulle de verdure au milieu de Kyoto et d’Osaka. Et bien qu’il y ait pas mal de touristes et de groupes scolaires à cette période (fin mai début juin), je n’ai jamais vraiment ressenti l’oppression de la foule. C’est sans doute ces grands espaces qui donnaient ce résultat. Ce qui est assez bien fichu, c’est que les majeurs monuments historiques sont assez proches les uns des autres, on peut donc prendre son temps pour les voir.
Le parc de Nara est un lieu paisible, agréable, ou il fait bon se promener, même si on entend de temps en temps un daim ou une biche bramer ou un enfant pleurer effrayé par les biches (j’ai été un peu traumatisée par cette petite fille qui pleurait d’effroi face aux animaux et l’adulte qui l’accompagnait qui fuyait sa demande de la prendre dans ses bras en mode démerde toi, mais qui fait ça ? )

Les daims Sika de Nara

On ne va pas se mentir, j’étais surtout venue à Nara pour voir les daims en liberté et semi-sauvages. Et on les aperçoit assez vite, à quémander de la nourriture aux êtres humains présents ça et là, êtres humains qui peuvent acheter des galettes (des Shiba sembei) pour les daims auprès de personnes qui tiennent de petit stands de vente disséminés sur le parc. J’ai acheté mes galettes et je les ai mis au fond de mon sac pour être tranquille : les daims peuvent être assez insistants pour obtenir à manger :p

Le saviez-vous ? Il est d’usage de saluer les daims quand vous les croisez. Ils étaient considérés comme des messagers des Dieux. Aujourd’hui, ils sont « simplement » considérés comme trésor naturel.

Ce vieux monsieur est resté longtemps assis près de ce daim, comme de vieux amis se connaissant de longue date. Et si certains écoliers ou collégiens fuyaient le contact des daims parce qu’ils avaient peur, d’autres y allaient franchement au risque de se faire mordre…

Malheureusement pour les daims, certains touristes apportent leur propre nourriture emballée dans du plastique. Plastique que les daims avalent… On a retrouvé plusieurs animaux morts l’année dernière à cause de l’ingestion de ces plastiques Je ne saurais que trop vous demander de faire attention…

La porte Nandaimon

Cette porte annonce le temple Todai-Ji, l’un des plus grands temples bouddhistes au monde. Rien que cette porte imposante donnait un peu une idée de ce qui nous attendait (et on n’a pas été déçu !). L’assemblage de cette porte nous a impressionné, on a beau savoir qu’il existe de nombreux maîtres dans l’artisanat japonais, voir le tout assemblé sans clou ni vis, ça impose le respect !

Je ne faisais pas la tête, mais ce cerf essayait de me piquer ma glace au sésame noir. Dès qu’ils voient de la nourriture, ils accourent. En fait, il y a sans doute 2 choses que les cerfs font très bien : se reposer / dormir à l’ombre des arbres et aller chercher de la nourriture distribuée par l’être humain.

Le temple Daibutsu Den

Situé sur le sanctuaire de Todai-Ji , ce temple est la construction en bois la plus grande du monde hébergeant lui même un bouddha assis en bronze de 18m de haut ! Tout y est démesuré. Les piliers sont à la taille de cette structure : énormes. Mais particularité, un des piliers est creusé à sa base : la « narine de Bouddha » permettant à des personnes de plus ou moins moyennes corpulences de s’y glisser. Celles qui arrivent à traverser seraient illuminées dans leurs prochaines vies ou leur vie actuelle rallongée. Je n’ai pas testé : j’avais peur de rester coincée

Le parc permet de longues promenades et on est tombé sur ce joli plan d’eau avec son pavillon et ses barques. C’était charmant, calme, reposant et serein.

Kasuga Taisha, le temple au mille lanternes

Comme le temple Kasuga Taisha est dans le parc de Nara, il y a ici des cerfs et des biches partout. Les animaux se mêlent aux lanternes qu’on trouve partout, ça n’est pas pour rien qu’on surnomme ce temple, le temple aux milles lanternes (on ne les a pas compté et il semble qu’il y en ait plus de 3000 ) qui longent le chemin qui mène au temple.
Tout y est très paisible, calme : ça contraste énormément avec la foule oppressante de Kyoto et le mouvement perpétuel de Tokyo… On a pris des chemins secondaires pour s’éloigner des visiteurs et on a complètement oublié le bâtiment principal

Nous sommes tombés sur un petit temple dédié à l’amour et aux couples. Il y avait plein d’Emas, ces plaques de bois sur lesquels on écrit ses souhaits en espérant qu’ils se réalisent grâce à l’aide d’une prière.

Et pour la suite, ça sera un retour.à Kyoto

TAGS
RELATED POSTS

Laissez votre commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenue chez Larcenette
Paris, France

Hello, bienvenue sur le blog de Larcenette. Dans la vraie vie, je m'appelle Sophie, j'ai 40 ans et ça fait plus de 15 ans que j'habite Paris. J'aime voyager, manger et découvrir de nouvelles saveurs et j'aime prendre des photos de tout et n'importe quoi ! :)

J’ai écrit ça aussi
Le tricot solidaire vous attend !
Mes adresses préférées à Paris
Mes derniers tweets
  • Je ne vois pas du tout ou est le problème. (Elle aurait grandi dans le nord, elle ne verrait pas le problème non pl… https://t.co/BNcqfgsgso

    Tweeted on 01:29 PM Jan 14

  • Demain, je fais un truc que j’avais un peu complètement oublié : je vais au bureau (ça me met en joie, y’aura sans… https://t.co/Rbgck0HBwk

    Tweeted on 09:44 AM Jan 13