Mais sinon…

Est ce qu’on en a vraiment quelque chose à faire du livre de Valérie Trierweiler ?
Est ce que c’est vraiment important ces histoires de mec qui remplissent mal leur déclaration d’impôts ?
Est ce que les 30% de satisfaction péniblement atteint des partis politiques français est une information vitale ?
Est ce que les photos volés de Jennifer Lawrence dans le plus simple appareil sont vraiment un fait d’actualité de poids ?

Moi je dis que tout ça pèse bien peu quand on rencontre un nouvel être humain tout frais, tout neuf et pour qui les choses vraiment importantes sont de manger et de dormir ? Je réponds : « Non, globalement, on s’en fout un peu !  »

Bienvenue petit Merlin ! J’espère que je te verrais encore quand tu seras vieux et que tu auras une barbe, on pourra faire des blagues et lancer des sorts sur les gens qu’on n’aime pas :P

Photo main bebephoto pied bebe

Les carnets et agendas pour une jolie rentrée !

La rentrée est vraiment l’une des périodes de l’année que je préfère, et ce depuis que je suis toute petite.
Bien plus que la nouvelle année et son premier janvier, la rentrée du mois de septembre incarne cette reprise souvent intense après une longue pause estivale, chaude et reposante.

Mes rentrées scolaires ont toutes été bercées par le rituel du renouveau. En passant par le choix du nouveau cartable a la primaire et des vêtements neufs que je portais fièrement , puis au collège, ou la rentrée était le seul jour ou je mettais une jupe avant de passer pour le reste de l’ année au jean ou au jogging (un peu en mode, comme ça c’est fait). Et enfin, le rituel du choix de l’agenda du lycée a la fac (et après vérification dans mes archives personnelles, j’en ai conservé quelques uns), choix de l’agenda qui reste toujours d’actualité aujourd’hui. Oui, même aujourd’hui, j’ai souvent un agenda mi-perso mi-pro.

Même pour mes rentrées professionnelles, j’aime avoir de nouveaux stylo feutres bleus, noirs et rouges qui écrivent bien et toujours en 0,7, des crayons papier bien taillés, un cahier a spirales à ligne simple format A5 pour pouvoir tout noter a n’importe quel moment, pouvoir en arracher les pages quand elles ne sont plus d’actualités et y faire des to do list ou je puisse barrer consciencieusement les tâches exécutées. Sans compter les post its de toutes les couleurs que je colle sous mon écran pour ne rien oublier.
Oui, malgré mon travail dans le web, mon clavier, les fichiers word, les formats Pdf, je reste très attachée au papier.

J’ai déjà repéré mon prochain agenda pour 2015 (même si mon coeur balance entre le Frankie et ceux de chez Delfonics) et j’ai fait une liste de choses jolies pour rendre cette rentrée plus douce ! :)

Agenda-2015-papeterie1 – Agenda Frankie magazine // 2 – Agenda Delfonics // 3 – Agenda The Big calendar sur Etsy // 4 – Agenda Hema

[Lire plus...]

« Je suis une chips… »

(article écrit hier soir dans un train entre Paris et Genève)…

22h00

Dans quelques minutes, j’arrive à Genève. Il fait nuit et je ne peux pas voir le joli paysage que mon amie Marlène m’a décrit : ce ravissement des yeux, les étendues d’eaux qui scintillent au soleil, surplombées par de hautes falaises, le long desquelles file à toute allure notre TGV coincé entre la paroi et cette eau brillante…

Je fais passer le temps qu’il me reste en lisant des magazine et je tombe dans Neon, sur un passage sur la réussite personnelle  qui me rappelle des échanges par texto avec un ami : « Finalement, tu vois, je suis une chips. Oui, je suis juste une chips au milieu d’un très grand paquet de chips et je finirais comme toutes les autres chips : dans le grand estomac d’un gourmand, d’un épicurien, de quelqu’un qui avait envie de manger quelque chose de salé et croustillant et à moment, ça sera mon tour de le nourrir ». (oui, je peux dire des choses étranges par texto parfois :) )
Ce souvenir m’est revenu après avoir lu cette phrase « On ne veut pas disparaitre du monde sans laisser de traces », termes énoncés par Carlo Strenger, philosophe et psychologue…

jesuisunechips

Et je me demande bien si c’est vrai.
Pour en avoir discuter avec mon père, je sais que sa manière a lui de laisser sa trace, et d’être immortel se fait par la filiation et donc, à travers ses enfants.
Pour certaines de mes connaissances, c’est d’avoir créé leurs entreprises.
Pour d’autres, c’est de faire en sorte d’améliorer l’humanité et s’investir dans des ONGs pour faire un monde meilleur…

Moi je ne me situe un peu nul part au milieu de ça. J’arrive à un stade ou je suis réaliste sur mon existence et celles des autres : tout le monde ne peut pas laisser sa trace dans le monde. Tout simplement parce que ça serait compliqué. Imaginez si les milliards d’individus que nous sommes aujourd’hui avaient tous leurs page wikipédia / biographie / reportage / stèle commémorative…

J’ai envie de laisser la palme aux autres, je préfère être de l’ombre. Savoir que ma trace a moi n’aura été que contemporaine, immédiate (même si j’aimerai vivre 100 ans au moins, mais qu’est ce que 100 ans au vu de l’âge de l’univers hein ? ) et qu’elle disparaitra telle qu’elle est venue.
C’est peut être aussi pour ça que je profite de l’instant, la gloire c’est cool, mais à quoi ça te sert quand tu seras mort ? (ça marche aussi avec la richesse et l’argent, c’est pour ça que mon compte en banque est toujours sur le fil sans doute).

Voilà, moi je revendique mon appartenance à la foule, à l’inconnu et au paquet de chips. Sans tristesse, ni rien, l’anonymat est aussi confortable pour ceux qui le cherchent que la célébrité désirée et attendue par d’autres…

(la philosophie de comptoir, c’est comme un paquet de Pringles finalement ^^)