Hey, salut, c’est la DGCCRF, comment tu vas?

Ma vie, mon blablaThe internet
16 juin 2011 / par / , , , , / 45 Commentaires

La semaine dernière, j’ai eu droit à un petit coup de flippe (oui, j’ai un langage familier, mais je ne vois pas comment on pourrait dire ça en langage soutenu de toute façon)…

Le coup de flippe était du à un mail de la DGCCRF (la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) concernant l’usage de mon blog, de son rapport avec les marques, de mes billets sponsorisés, des billets orientés contre des cadeaux, et toutes ces choses du même acabit dont on m’invite à discuter vendredi 10 juin 2011 à 10h00. La raison de cette enquête ; lancée par le secrétaire d’état à la consommation, Mr Lefebvre est la protection des consommateurs sur le web.

On m’informe que je dois me munir de K-Bis, et de tout plein d’autres trucs que je n’ai pas. Et oui, ça n’est pas une activité professionnelle à mon niveau même si ; je cite ; « votre blog est bien référencé, on l’a trouvé facilement » (je n’ai rien à cacher et je récolte les lauriers de mon super SEO )

Cette entrevue ça donne quoi?
Et bien, ça donne qu’à part les indications claires indiquant aux consommateurs (puisqu’il s’agit bien d’eux dans cette enquête) qu’ils sont sur une sorte d’achat de pub comme les termes articles sponsorisés, le reste est relativement flou pour les novices des blogs.
Un exemple concret : quand je parle des produits Jonzac, je n’indique pas clairement qu’il s’agit d’un cadeau de la part d’une marque, parce qu’avec mon point de vue de vieille blogueuse, il m’est devenu acquis que les lecteurs savent qu’il s’agit d’une sorte de publi-reportage. Mais même si c’est un test, c’est quand même considéré par la DGCCRF comme de la pub (je leur ai dis que moi j’y voyais des nuances, mais ça reste malgré tout, de leur point de vue de la publicité – voire déguisée – ce qui en soit pourrait être pire puisque ça peut induire le consommateur-internautes en erreur sur la nature du test en question). Et comme nul n’est censé ignorer la loi, c’est effectivement de ma faute.

Mais alors, qu’est ce qu’on fait?
Et bien déjà en intro, on dit clairement ce que c’est, pourquoi et comment. Articles sponsorisés ou pas, invitation par une marque ou pas, achat perso, cadeau de mamie, bref tout ce qui permet d’identifier clairement la manière dont le bien ou l’événement est arrivé chez vous. Certes, c’est pas funky, mais ça peut aussi éviter de se retrouver avec de vrais procès verbaux dans la boite aux lettres pour publicité déguisée (et je crois que je suis du genre à préférer anticiper).

En cas de non-respect de la loi, l’annonceur est responsable à titre principal et l’auteur de l’article sponsorisé (non mentionné comme tel) peut voir sa responsabilité pénale engagée. L’article L.213-1 du code de la consommation prévoit ainsi au maximum 2 ans d’emprisonnement et/ou 37500 € d’amende.

L’autre information de la matinée est le nombre d’agents de la DGCCRF dédiés au e-commerce : ils sont au grand maximum 10 en France. 10, pour un nombre incalculables de boutique et une croissance de 20% prévue cette année, je trouve ça complétement fou… (en même temps, je ne connais pas le ratio des agents de terrain pour les commerces physiques, je me rends moyennement compte)…

Et sinon, les deux agents ont été très polis et ont même rigolé à mes blagues pourries

Edit > et puisqu’il semble que j’ai oublié certaines informations qui font tiquer des gens ou qui me font passer pour quelqu’un de mauvaise foi, je vais détailler sur un point.
Point purement subjectif, complétement personnel, et qui est sans doute pas très sain, mais, j’avoue que j’ai plus de facilités de parler d’un produit quand je connais la personne qui m’en parle et qu’en plus ce soit quelqu’un que j’apprécie.
Oui, a ce niveau, on peut le dire, ça s’apparente à du copinage, et grosso modo, je me mets en mode « je rends service » plus que dans un mode commercial ou une transaction devrait être faite.
Parler d’argent avec des potes, j’ai du mal, c’est mal de mettre de l’affect dans du business, je sais, mais c’est comme ça… Alors oui, je vous confirme que je ne serais sans doute jamais riche, mais on ne se refait pas…
Voilà, c’est plus clair maintenant? (oui, oui, vous pouvez me traiter de naïve ou de bisounours…)

Vous aimerez aussi

velo-parisien
5 conseils pour faire du vélo à Paris
2 novembre 2016
new-york-brooklyn-bridge-2
De retour à New York !
6 octobre 2016
gateau-pokemon-7
Le gâteau Pokeball de la Maison Damiani
18 septembre 2016

45 Commentaires

  1. So Busy ! dit :

    Tu m’as bien fait rire ! Ma pauvre, le coup de stress que ça a du te faire…merci pour les infos en tout cas, maintenant, on est prévenues. Bises et à très bientôt

  2. Nalexa dit :

    Ben ton article m’aura appris des trucs sur les tests et les produits envoyés je ferai les choses bien dorénavant !

  3. Océane dit :

    La frousse quand même !!! Cool si c’était une discussion de bon aloi, mais comment j’aurait flippé…. (ouf, j’indique toujours quand on m’offre un truc pour en parler…)

  4. Fifi dit :

    Très intéressant comme article, je ne manquerai pas de mentionner « produits offerts par mamie »
    Et seulement 10 agents !!! ça c’est juste dingue mais au final on comprends mieux pourquoi autant de sites se permettent certaines fantaisies dans leur condition de vente/livraison….

  5. François dit :

    Et tu leur as demandé pourquoi c’était différent pour les magazines papier / en ligne ? Je ne crois pas avoir déjà vu l’indication d’un produit offert, d’une invitation à un film, de l’envoi d’un livre…

    • Alan dit :

      Les magazines papiers ne font pas non plus de publicité sauvage ! Ou alors il est marqué en haut « publi-reportage ».
      En général pour un cadeau offert, il y a un article global sur le produit mais sans citer la marque. Par contre en face il y a de la pub pour le produit d’une marque donnée…
      C’est tout la différence : clairement identifier la publicité.

      Moi ça me semble assez logique et clair… Maintenant, tout reste évidemment à l’appréciation de chacun.

  6. J’ai une amie avocate et blogueuse beauté. Elle m’en avait parlé. Le nombre de blogueuses qui se prennent un avocat est en pleine expansion notamment en raison de mails plus ou moins sympathiques envoyés par la DGCCRF.
    D’ailleurs la DGCCRF va également s’intéresser de plus près aux jeu concours organisés par les blogs, notamment au niveau des tirages au sort pas très règlementés etc.

  7. Larcenette dit :

    So Busy ! > de rien

    Nalexa > faudrait que je leur demande un petit manuel des bons usages, mais je ne crois pas que cela existe…

    Océane > Ma collègue qui a assisté à l’instant « mais qu’est ce que c’est que ce mail? aahhhhh, ils vont me mettre en prison » pourrait témoigner de l’intensité du coup de flippe

    Fifi > C’est pour ça que je vais faire un tour sur les CGV du site marchand. Toutes les règles y sont indiquées et pas de mauvaises surprises. A l’inverse, si il n’y en a pas, là, on peut s’inquiéter…

    François > Bonne question, peut être parce qu’un blogueur n’est pas un journaliste et qu’il existe une charte du journaliste (http://www.snj.fr/spip.php?article65) et pas de charte du blogueur… Maintenant, nous, nous savons qu’en majorité les journalistes sont arrosés par les marques, mais le consommateur lambda le sait il, rien n’est moins sur…

    Rock and roll doll > La problématique de l’encadrement légal d’un concours sur un blog est son coup. Pour un vrai concours dans les règles, il faut déposer le concours et son règlement chez un huissier, ce qui ; tu t’en doutes ; aurait un cout impossible à tenir pour les blogueurs amateurs (moi par exemple)…

  8. Je suis entièrement d’accord
    De toute façon avec 10 agents je ne vois pas comment les contrôles pourront être efficaces

  9. Lâm dit :

    « Un exemple concret : quand je parle des produits Jonzac, je n’indique pas clairement qu’il s’agit d’un cadeau de la part d’une marque, parce qu’avec mon point de vue de vieille blogueuse, il m’est devenu acquis que les lecteurs savent qu’il s’agit d’une sorte de publi-reportage.  »

    Mouais…

  10. Larcenette dit :

    Rock and roll doll > Mettre plus de monde? (mais je n’imagine même pas ce que ça couterait à l’état)

    Lâm > j’aime tes commentaires concis :p

  11. Clyne dit :

    Intéressant ! Merci de partager…

  12. osmany dit :

    « Et sinon, les deux agents ont été très polis et ont même rigolé à mes blagues pourries  »

    Ouf, je suis sauvé

  13. Dom dit :

    Oula, ça doit donner un bon coup de flip en effet ! Mais c’est totalement absurde de préciser d’où provient le produit, n’est-ce pas une entrave à la liberté d’expression, indirectement ?
    Perso, sur mon site où je fais des tests de films en blu-ray, dans 99,99% des cas, il s’agit d’un achat de ma part et non de l’envoi d’un éditeur. Je ne vois pas pourquoi je devrais préciser dans mes articles que j’ai tripoté ma carte bleue pour l’acquisition des films…
    La chasse aux blogueurs… Il a de ces idées le secrétaire d’état à la formation !
    Allez, dans un an, on change les têtes de guignols !

  14. Larcenette dit :

    Dom > oula, la chasse aux blogueurs n’est pas le but principal de cette enquête. Là, il était surtout question des faux avis de consommateurs sur des produits, ou ce qu’on peut voir sur des sites comme TripAdvisor ou les gérants d’un hôtel mettent des avis positifs à leur propre établissement.
    Les blogs peuvent être amenés à héberger ce genre de commentaire, et c’était ça le but premier de la manoeuvre…
    Par contre, la bloggosphère étant un organisme avec ses codes et s’auto-gérant, on est loin de dérive complétement commerciale (enfin, y’a encore une certaine marge je pense)

    • Dom dit :

      C’est beaucoup plus grave pour TripAdvisor et co. D’ailleurs, Amazon qui autorise les commentaires sur des produits qui ne sont pas encore disponibles à la vente, n’est-ce pas là une façon de tromper le consommateur ?
      Disons que les blogs gardent toujours un caractère personnel, même pour les blogs plus ou moins communautaires, mais c’est vrai que certains transforment le leur en un véritable relai publicitaire… Libres aux internautrs d’y retourner ou non

  15. LaNe dit :

    Concernant les concours, en gros si la dotation est inférieure à 1000€ alors on n’a pas besoin de déposer le règlement chez un huissier. Il faut bien faire attention cependant car 1000€ ça va vite (par une journée avec transport + bouffe + activités diverses + budget shopping…).
    Pour le reste… il existe aux US une règlementation à ce sujet que feraient bien de prendre en compte pas mal de blogueurs qui jouent les ‘anti sponso’: tout contenu sponsorisé, que ce soit monétaire ou en nature, ou sur une invtation ou un envoi de produit est considéré comme « sponsored conversation ». En gros: toutes nos opés blogs et autres trucs sensiblement innocents pour nous ne le sont pas vraiment…
    Après je suis d’accord qu’un test n’est pas une « pub » au sens propre du terme, mais c’est de la comm qui a été amenée par une marque. Donc…
    Dernière remarque/question: ils t’ont parlé de la déclaration de ce type de revenus ?

  16. Faust'in dit :

    Bon, maintenant je suis prévenue sur la nature du test : achat, cadeaux de la marque ou autre. Pour les concours, je savais que les choses allaient changer, mais comme toi, en tant que blogueuse amatrice, je ne peux pas me permettre de déposer les règles du jeu chez un huissier. Pour les billets sponsos, ça par contre, je l’ai toujours indiqué en bas de mes articles. Merci pour cet article et je n’aurai pas aimé être à ta place quand tu as reçu ce truc …

  17. auntie jo dit :

    Effectivement, préciser qu’on a reçu un produit, et que c’est un billet sponso, ok mais ça va être compliqué
    si il faut se justifier de tous ses propres achats (merci pour toutes ces infos, c’est intéressant à savoir et
    comme nul n’est sensé ignorer la loi, vaut mieux le savoir) 

  18. KRISS dit :

    C’est cool que tu en ai fait un article
    C’est sûr qu’en étant en plein dedans on s’imagine que certaines choses sont obvious
    mais qd on voit certains commentaire ou mail de lecteurs on se rend bien compte que les infos peuvent etre
    mal interprétées!

  19. J’imagine la flippe… ce qui me fait peur ce sont les dérives dans le sens inverse, je ne pourrais plus dire que j’ai bu un Coca avec une copine sans me justifier? ou dire que j’ai été chez Ikéa?
    c’est compliqué, je n’ai pas compris pourquoi on a pas le droit de citer une marque juste parce qu’on l’aime, sans contrepartie.
    par contre pour les concours ça craint… j’en fais beaucoup comme d’autres. Impossible en effet de déposer uin règlement dans les normes, ça coûte trop cher!
    merci pour le compte rendu!

  20. Fanny dit :

    Euh là je suis comme Carole sur ce coup là, j’ai peur de la dérive inverse. On ne pourra bientôt plus citer le nom d’une marque dans avoir des « biiiip » partout.

    Par contre je me demande s’ils ne s’intéressent pas tout d’abord aux gens qui tiennent des blogs ET ont un métier un peu publicitaire derrière: journalistes, community managers, représentant d’une marque… Là on peut se poser des questions sur la publicité un peu « cachée », non ?

  21. Célie dit :

    Merci pour ces infos…
    Bises !

  22. camille dit :

    Rien n’empêche de citer une marque qu’on aime ou pour raconter sa vie. Ce qui est réglementé (et à juste titre à mon goût), c’est de préciser, quand on fait un article dithyrambique sur un produit, qu’on l’a eu gratos dans le but d’en faire de la pub (et qu’on aurait surement pas fait cet article si le produit n’avait pas été offert). Car au final, plus d’une est tentée d’être complaisante avec un produit qu’une marque lui a offert et c’est en cela que le consommateur peut être trompé (après, c’est aussi aux blogueuses d’être honnête avec elles mêmes mais ça c’est autre chose)

  23. Larcenette dit :

    LaNe > La notion de « Sponsored Conversation » me plait pas mal, en gros on pourrait traduire ça comme de la conversation dirigée (mais ça le fait plus en anglais). Mais c’est vrai qu’aux US, il me semble que tout est mieux encadré. Et non, nous n’avons pas parlé de déclarations, déjà parce que ça n’était pas le sujet et que ça n’est pas dans leur attribution non plus.

    Faust’in > Si j’ai plus de news, j’en rajouterais une couche

    Auntie Jo > exactement, nul n’est sensé ignoré la loi, cependant, c’est bien l’ignorance qui fait parfois qu’on zappe complétement le caractère « commercial » de certaines choses…

    KRiSS > t’as tout compris

    Carole Nipette > le juste milieu est une sorte de zone floue entre le j’ai acheté cette boisson avec mon argent, versus c’est mon mec qui m’a payé un verre, versus c’était une soirée open bar, versus c’était organisé par une agence… Du coup, réussir à faire le distingo peut être un chouille compliqué

    Fanny > Une grosse partie des community managers ont un blog (genre moi) mais ne parlent pas forcément de leurs clients parce que ça va dépendre si tu es en agence (et donc un certain nombres de clients à gérer) versus être chez l’annonceur et être dédié à un client précis (et quand c’est de la finance participative, c’est différent d’un distributeur de boisson). Tous ne font pas de la pub pour leurs clients, mais oui, ça peut aider naturellement comme support..

    Célie > de rien

    Camille > je suis d’accord avec toi avec le côté complaisance pour un produit, mais à l’inverse, bien souvent quand qqn trouve un truc vraiment pourri, il a tendance à ne pas en parler. Bien qu’il le devrait même si ça risque de virer lynchage gratuit…

  24. Cadeau coquin dit :

    Ils n’ont pas mieux à faire a la DGCCRF?
    Bon en même temps je comprends qu’il soit nécessaire de mettre en place des règles claires, car certain abusent
    et « trompent » leur lecteurs

    Cerise

  25. Clarisse dit :

    bon je n’ai rien à craindre apparemment, le jour où j’ai porté un tee-shirt offert par ma grand-mère, je l’ai carrément écrit dans le titre! haha

  26. Angélita dit :

    Je viens lire ton article via le lien de Carole.
    Pareil que toutes, j’aurai sacrément flippé.
    Ils ne sont que 10 et ils sont tombés sur ton blog. Très bien référencée dis-donc

  27. Xtinette dit :

    Tout est bien qui finit bien ! Je découvre ton blog sur les bons conseils de Nipette. Moi j’ai perdu un procès pour un site concurrence déloyale ou je ne sais plus trop quoi car soi-disant je portais préjudice à une maison d’édition qui avit un nom similaire à mon nom de domaine (que j’avais acquis avant qu’ils n’existent !). Mon site n’avait pourtant aucun rapport avec la vente de livres ! ça calme ! J’ai abandonné le site et j’ai choisi le blog en croyant être plus tranquille…je vois que ça peut être risqué également !

  28. annouchka dit :

    Par principe je précise toujours quand il s’agit d’un cadeau ou test d’un produit proposé par une marque. Je trouve ça normal, j’aurais l’impression de berner les gens si je ne le faisais pas.
    Par contre ce qui me tue, c’est de devoir me justifier et préciser systématiquement quand j’achète un truc avec MES sous, et que je décide d’en parler… Je trouve ça pas logique en fait.
    Enfin, s’il faut faire tout ça pour être en règle, ben faisons-le, après tout c’est pas grand chose et tout le monde est content.

  29. wonderEwoman dit :

    Les bloggeurs sont de plus en plus influents sur le web et ils arrivent de plus en plus souvent qu’ils soient
    rémunérés par les agences web afin d’accroître la notoriété des marques et leur référencement. D’ailleurs,
    certains bloggeurs fonctionnent uniquement par ce système et il est de bon sens d’indiquer au
    consommateur s’il s’agit d’un article publicitaire ou d’un commentaire personnel, la critique n’étant
    plus ce qu’elle était.

  30. Dadabd dit :

    J’approuve wonderEwoman.
    Ça faisait un moment que j’attendais qu’un paquet de blogueurs reçoivent un courrier comme ça…

  31. Cédric G. dit :

    Bonjour

    Article très intéressant même si pas trop dans ma thématique (je parle du blog, là)

    Je suis moi aussi très régulièrement contacté par diverses enseignes pour réaliser des « tests de produits » : j’en refuse certains, j’en accepte d’autres… mais avec MES conditions qui sont clairement édictées dès le départ.

    En d’autres termes, j’accepte régulièrement de tester ces services (il s’agira souvent d’avoir des produits en prêt, ou de tester des services en ligne ou payants, genre tirages photo, etc.) mais je précise que je garde toute liberté dans l’avis prononcé au final : si le produit est naze, ce sera dit haut et fort (et argumenté !) ; dans tous les cas, je précise que l’on m’a proposé de tester le produit (m’arrive même d’en commander un second incognito – quand c’est abordable – pour voir si c’est pas du flan…)

    Parallèlement à cela, il n’est pas rare que j’achète mes propres produits et que je les teste (dernier en date, un téléobjectif à 2700€… Bah oui, on fait des folies ! Çui là on me l’a pas offert, et c’est pas faute d’avoir essayé pourtant ^_^)

    Dans ce cas précis : rien à dire, je suis maître de mes mots et de mes impressions !

  32. jp dit :

    Merci d’avoir écrit cette note : Si on ne s’impose pas une déontologie on nous l’imposera et ce sera bien.
    Tu devrais travailler avec eux pour poser des principes, des limites de tolérance, des règles,
    libre à chacun d’y adhérer ou non.
    C’est bien que la DGCCRF mette son nez dans toute cette activité publicitaire qui se généralise,
    je respecte son travail qu’elle fait bien.
    Comme c’est un début elle met 10 agents, ces 10 personnes sont vraisemblablement compétentes,
    quand le phénomène va croître encore elle mettra ce qu’il faut,
    ça n’est pas un argument pour faire le gros dos.
    C’est devenu pénible ces blogs publicitaires, je n’en visite plus beaucoup,
    les blogs se vendent sans aucune règle,
    c’est souvent grossièrement laudateur, clairement dévoyé, rarement responsable.
    J’ai mis la pub ad sens de google sur 2 de mes blogs pour payer le coût de l’abonnement typepad
    qui permet d’avoir des blogs… sans publicité. Je n’irai pas au delà .
    Je ne fais rien pour être bien référencé. N’empêche que je reçois aussi des produits.
    Quand c’est pas bon ou pas durable (ce qui est souvent le cas) je ne dis rien,
    faut vraiment que ce soit bon et à faible trace carbone pour que j’en parle.
    Le sentiment de se vendre est pénible sans un contrat ou tout est écrit, précis.
    J’ai signé un tel contrat avec « la semaine du goût » par ce que l’objet est pédagogique…
    mais je sais bien que derrière il y a le lobby sucrier.
    Or le sucre a été une catastrophe sanitaire depuis son introduction par les arabes andalous comme conservateur y compris sous forme d’alcool.

  33. Sarah dit :

    Sérieusement je ne pense pas que le but soit de préciser à chaque fois que tu achètes un truc toi-même mais a contrario de le faire quand ce n’est pas le cas et si c’est fait systématiquement on saura à l’inverse que quand tu ne précises pas c’est que tu as payé avec tes sous, que c’est offert par ta grand-mère/ton copain etc, sans avoir à entrer dans le détail. Ca me paraît plutôt logique et honnête, après tout si ce n’est vraiment pas de la pub déguisée et que les blogueurs sont objectifs je ne vois pas tellement en quoi ça pourrait poser problème, le but de la DGCCRF n’étant pas je pense de faire des difficultés aux blogueurs mais de trouver un juste équilibre entre liberté d’expression et protection du consommateurs précisément parce que c’est devenu pour certains plus ou moins honnêtes un nouveau filon pour faire de l’argent.
    Par ailleurs, totalement d’accord avec toi en ce qui concerne le fait que logiquement lorsque les avis sont négatifs sur un produit cela devrait également être dit ! En tout cas merci pour ce billet qui ouvre un peu la réflexion là-dessus et a le mérite d’informer un minimum.

  34. Tim dit :

    J’en ai un peu ras-le-cul des bloggeuses puputes dans ton genre que les marques courtisent.

    Au début du « web 2.0 », celles et ceux qui tenaient ces fameux blogs étaient authentiques, d’où le crédit que leur accordait leurs lecteurs. On suivait l’avis de quelqu’un en qui on faisait CONFIANCE, parcequ’on se disait que c’était justement pas un discours publicitaire, mais bien une vrai point de vue, un vrai test, et la capacité à dire qu’un produit était parfois merdique.

    Aujourd’hui, à quoi ressemble les blogs et les bloggeuses ? A force de vous prostituer pour des marques et de ne parler qu’en bien des choses, vous avez perdu tout votre aura et toute votre crédibilité. Vous êtes juste des merdes incapables de dire non à une marque parce que ça flatte votre égo de vous sentir privilégié à recevoir des produits de merde et invité à des soirées mondaines horrbles entre bloggeurs.

    Je tiens pas mon discours de nulle part. Je suis DA dans une sacré agence web et on passe notre temps à mettre en place les plans coms que les marques nous demandent, à savoir courtiser les clodos que vous êtes, vous donner des miettes et des conneries pour recevoir de la pub quasi gratos. Car la pub n’est pas déguisée, soyons clair. Vous touchez quelque chose en échange d’un article de bon aloi. C’est pas en thune, c’est plus une forme de troc.

    Voilà. C’est comme si les putes qui font le trottoir contre de l’argent se mettait à dire « mais je sors avec ce garçon c’était un super bon coup ». Non. Ca n’a rien à voir. Vous êtes du mauvais côté du trottoir, et vous sucez vos clients à la chaîne parce que ça excite vos petits instincts de pucelles qui auraient aimé être rédatrice pour un grand magazine.

  35. Tim dit :

    Je ne viens pas de babillages, ça fait longtemps que je ne traîne plus dans les caniveaux rose bonbons que sont vos blogs « beauté ». Ah, et tu peux en rigoler tant que tu veux avec tes copines entre bloggeuses consanguines sur Twitter, ça ne change rien à ta situation et au fait que vous, les petites soumises, vous tuez le concept même du blog depuis quelques années avec votre manque total de discernement.

    • Larcenette dit :

      Ah t’es CHOUPINOU
      (parce qu’en fait, je ne suis pas une blogueuse beauté, ni une blogueuse mode, mais une vieille blogueuse et que pour avoir bossé en agence, je connais parfaitement les mécaniques et les systèmes proposés et acceptés par les clients en terme de présence web et d’achat média blog/hors blog, mais bon, je ne vais pas t’expliquer ton travail hein…)

  36. Mulot dit :

    Je sors de ma réserve – Je trouve leur démarche un peu intrusive … devoir justifier de ces coups de cœurs, de ces choix ou de ses préférences (il est normal que tu choisisses les copines (entre autre), tout le monde fait ça, on aime bien donner un coup de pour à ce qu’on aime, c’est humain), je suis un peu choquée qu’ils t’aient demandé de justifier tes propos. Continue à écrire, ton style est chouette et agréable à lire, et tant pis pour les mauvaises langues.

  37. Emeline dit :

    J’arrive après la guerre. Désolée.
    Je me vois contrainte de prendre ta défense. J’en ai marre, de faire des affaires sans affect. Laissons entrer l’affect dans nos vies.
    Longue vie aux blogs copinage!

  38. Bealapoizon dit :

    perso je précise quand c’est offert par la marque.. ou sponso… mais j’aurais stressé tout comme toi !
    Et dis donc comment tu fais pour paler des produits Jonzac ??? Moi qui suis de là-bas je n’ai aucun contact :-))

    • Larcenette dit :

      Je retrouve l’émail et je te l’envoie

      Par contre je pense qu’il falloir faire un rappel de ce qui est légal ou pas pour les nouvelles blogueuses : elles ne pourront pas dire qu’elles n’étaient pas au courant!

Laissez votre commentaire!

A propos

Bienvenue sur mon blog ! Je suis Sophie, j'habite Paris depuis 8 ans et c'est une ville que j'aime beaucoup. J'adore voyager et faire des photos de mes excursions d'ou je ramène toujours une spécialité culinaire J'ai un chat adorable qui s'appelle Kennedy et une bicyclette dorée qui s'appelle Irène. Soyez les bienvenus chez moi :)

Le tricot pour les Sans Abris !
Le tricot pour les Sans Abris !
Les jolies choses chez Etsy
%d blogueurs aiment cette page :