Ma vie, mon blabla

Tenter de sauver la planète, c’est fatigant…

By
on
23 mars 2006

Hier, mercredi 22 mars, j’ai participé en tant que bénévole au lancement de l’Alliance pour la planète.

J’ai posé une journée pour pouvoir participer et me rendre utile auprès de la WWF qui organise ce lancement.

Arrivée à 07h30 à St Denis, je me suis lancée dans le fléchage du parcours pour aller jusqu’à l’Usine. Je remarque que j’avais oublié que le scotch et le béton ne sont pas du tout amis… Bref, je lutte, mais comme je suis têtue, forcément, c’est moi qui gagne.
Je suis accueillie par Marylène, Cécile et Sophie qui s’occupent de la partie bénévoles et de tout ce qui touche au coté pratique. 10 minutes après que je sois arrivée, les premiers participants affluent. Officiellement on attend 250 personnes, on verra bien si il y a autant de monde ou si ce n’est qu’un effet d’annonce.
Comme d’habitude, je fais un peu tout et n’importe quoi. Gérer l’arrivée de 250 personnes en 30 – 45 minutes, ça devient vite un challenge. Entre le vestiaire (ou ils sont déjà 3) et gérer l’inscription des personnes non inscrites (je ne fais pas tout non plus, les autres gèrent les personnes déjà inscrites, l’accueil presse et tout le tralala), c’est un bon coup de fouet pour démarrer la journée.
Je vois passer de tout, de la jeunette à lunettes au soixante huitard, en passant par le jeune cadre dynamique, le paysan sorti de son champ ou encore la pétasse grunge qui ricane tout le temps. C’est assez marrant de voir qu’au final quelle soit la couche de la société, tout le monde se sent plus ou moins concerné. Certains sont venus dans un but précis, d’autres plutôt en touristes.
Tout le monde se rue vers le petit déjeuner avant de passer en assemblée plénière avec la présentation de l’Alliance et la conférence de presse.
Nous, on en profite pour souffler, on grignote les derniers croissants que les participants ont abandonné, on gratte des cafés au bar, bref, on s’organise.
J’en profite pour ranger le vestiaire. Des 120 qui se tiennent à coté du 347, forcément, ça fait désordre. Bref, je prends la main pendant le reste de la matinée. On discute, on bulle, on accueille les retardataires, on range un peu l’accueil qui semble avoir subi une tornade…
Vers 11h45, la première partie de l’équipe va déjeuner. Cécile du WWF du service Bénévole doit apprécier mon coté serviable et me demande de vérifier avec elle que les personnes qui participent au déjeuner ont bien payer leur repas. Franchement, être flic ne me botte pas trop, mais l’expérience reste bon enfant. On vérifie, on discute, je vois un peu tout le monde.

D’autres bénévoles arrivent, on prépare l’après midi, je trouve mon « atelier » sur l’énergie et l’habitat. J’y serais « rapporteuse » : je note tout ce qui ce dit pour envoyer les informations saisies à la wwf qui fera une jolie synthèse.
Les personnes spécialistes viennent de l’UNAF, l’association Négawatt, et dans les participants, on trouve de très nombreux activistes des Amis de la terre.
Négawatt nous parle de scénario de facteur 4, d’émission de gaz Co², et d’actions à prendre. L’Unaf nous parle de chiffres, de réhabilitations de logement, de mixité sociale, bref c’est super intéressant.
Le but de ces différents ateliers est de trouver des points sur lesquels travailler et les présenter aux politiques lors de leur campagne présidentielle de 2007.
Il faut dire ce qui est, mon atelier ne génère aucune idée, et ne trouve que des obstacles, les idées partent dans tous les sens, les gens n’arrivent pas à se cadrer, c’est un peu tout et n’importe quoi. Je trouve ça frustrant. Pour ma part, le travail qu’a fait Négawatt est immense et il faudrait s’appuyer sur ce qu’ils ont fait pour le proposer au gouvernement…

La soirée arrive enfin, les restitutions des ateliers se font en assemblée plénière, des axes de travail ont été trouvé dans les autres ateliers. Heureusement d’ailleurs. L’Alliance est très bien accueillie au final, elle correspond aux attentes de beaucoup.

Je suis cassée par la journée, je me dis que si j’avais des journées de travail aussi remplie, j’en serais surement bien satisfaite. Je discute avec d’autres bénévoles : Jérôme, Floriane, Perrinne, il y a des retraités, des étudiants, une diversité qui est agréable. Je me rends compte qu’au milieu de ces gens je me sens bien. On n’est pas forcément d’accord sur le fond, ni sur la forme, mais on partage la même idée, une envie de changement.
Le buffet arrive, on se sert, on se remet à l’accueil, il doit rester une cinquantaine de manteaux, bcp sont partis après les ateliers. On a droit à un spectable d’un poly instrumentiste, ce n’est pas tres agréable à l’oreille. Je cite Sophie : « Ils fournissent des cordes a la fin du spectacle? ». 23h, je me sauve, minuit je suis couchée, très très bonne journée. Et ce matin, je suis au travail, et plus ça va, et plus je me dis qu’il faut que je fasse autre chose…
Sans forcément bosser dans l’écologie, ou les associations, mais un travail ou je puisse ressentir une certaine satisfaction personnelle du travail bien fait. Et en ce moment, ce n’est pas vraiment le cas…

TAGS
RELATED POSTS

Laissez votre commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenue chez Larcenette
Paris, France

Hello, bienvenue sur le blog de Larcenette. Dans la vraie vie, je m'appelle Sophie, j'ai 40 ans et ça fait plus de 15 ans que j'habite Paris. J'aime voyager, manger et découvrir de nouvelles saveurs et j'aime prendre des photos de tout et n'importe quoi ! :)

J’ai écrit ça aussi
Le tricot solidaire vous attend !
Mes adresses préférées à Paris
Mes derniers tweets
  • Qui n’a pas été traumatisé par cet épisode ? (Moi oui) (Et je vais vérifier mes toilettes 😅) https://t.co/Z5S9MBFBZK

    Tweeted on 01:20 PM Oct 02

  • Être piéton à Paris > être piéton à Naples 🚶🏻‍♀️☠️ (Ils conduisent comme des fous, pire qu’à Marseille, je pensais… https://t.co/5gFav0qSBI

    Tweeted on 10:18 AM Sep 17