Notice: Trying to get property 'slug' of non-object in /home/larcenet/www/wp-includes/taxonomy.php on line 4572
Lecture Ma vie, mon blabla

J’ai lu La route de Cormac Mc Carthy

By
on
11 janvier 2011

L’année dernière, la jolie Pia a lancé un grand cri dans l’interweb Twitter proposant à qui voulait de créer un club de lecture qui serait un peu beaucoup autour de la SF et genres littéraires approchant.

Ni une, ni deux, j’ai levé la main : déjà parce que je suis une fan du genre et que ça me permettrait de me remettre à lire et d’aborder des auteurs que je ne connais pas.

Le premier roman sélectionné « arbitrairement » fut la Route de Cormac Mc Carthy, roman dont fut tiré un film distribué l’année dernière aussi. Oui, 107 ans après tout le monde, je le lis enfin. Et non, je n’ai pas vu le film…

Hier soir, on s’est retrouvé pour en discuter. Certains ont trouvé ça terriblement bien et d’autres ont trouvé ça pourri. Devinez ou je me situe :p

 

 

Alors, alors, j’en ai pensé quoi?

Ah mais quelle souffrance à lire! Mon dieu! L’auteur n’aime pas l’humanité, il est fâché contre ses voisins ou sa belle mère, que sais je, mais ce fut un vrai travail d’abnégation que de réussir à finir ce roman…

Le pitch? C’est l’histoire d’un père et de son fils qui marchent dans une amérique post apocalytique.

Il se passe quoi? Eh bien, ils marchent, ils mangent, ils dorment, ils trouvent de la nourriture. Ils marchent, ils mangent, ils dorment, on leur vole leur nourriture. Ils ont faim, ils croisent des sectes post apocalyptiques ou des hordes de cannibales. Ils marchent, ils mangent, ils dorment. Ah, et puis à la fin ça parle de Dieu… forcément (mais argh quoi).

Voilà.

C’est tout ce qu’il se passe en 252 pages.

Certes, le style narratif sert à mort le propos. Des phrases longues et lancinantes, une déshumanisation totale des deux protagonistes avec des noms du style « l’homme » et « le petit », pas d’utilisation typographique du  – et du « … » qui indique l’arrivée d’une conversation (au début ça déstabilise) une description très basique de l’environnement (en même temps après l’apocalypse, il ne reste pas grand chose), la seule couleur que je garde à l’esprit c’est le gris. Clairement, ce roman aurait pu être une nouvelle de 50 pages et ça aurait été parfait. Oui, j’ai fini le roman en le lisant en diagonale, de toute façon, je ne perdais pas grand chose au change… Et je trouve que ça ne mérite carrément pas qu’on fasse chier son lecteur pendant 252 pages. C’est glauque en effet, mais j’ai lu des romans bien plus glauques, bien plus désespérés et qui m’ont vraiment pris aux tripes.

Bref.

Alors autour de moi (sauf 2 rares personnes) tout le monde a porté aux nues ce roman (qui a eu le prix Pulitzer, mais les prix ne sont pas des signes de qualité de mon point de vue subjectif au possible). Dans le club, 2 ont trouvé ça trop bien, 2 ont trouvé ça moyen et 2 ont trouvé ça pourri. Une sorte d’égalité quoi…

Mais il est fort possible qu’il vous plaise. Ou alors vous perdrez 2h30 de votre vie. D’ailleurs, je n’ai même pas envie de le garder. Je le donne à celui qui en a envie et qui serait un jour du côté d’Opéra et qui passera au boulot m’en débarrasser.

J’aurais mieux fait de continuer Fable III. Donc, une fois par mois, vous vous taperez ma « fiche de lecture » comme en sixième d’un nouveau roman. Le prochain est un roman de Max Brooks « World War Z » : une histoire avec des zombies! YEAHHHH!! et le club se réunira chez moi…

PS : si vous voulez lire un vrai livre sur la route justement, Kerouac en a fait un très bon. Celui que beaucoup considère comme l’oeuvre de la beat generation aux US et qui est vraiment, vraiment bien. Non, il n’y a pas d’apocalypse à l’intérieur…

TAGS
RELATED POSTS
23 Commentaires
  1. Répondre

    Valérie

    11 janvier 2011

    héhé, mais ça c’est juste parce que tu n’aimes pas le gris en fait. Moi j’ai beaucoup aimé « la route », j’ai apprécié la qualité de l’écriture et je ne trouve pas qu’il ne se passe rien, au contraire… Je n’ai pas aimé la fin, par contre! Et j’ai aussi beaucoup aimé « sur la route » de Kerouac, même si je l’ai trouvé un peu « daté » et moins fluide à lire…

  2. Répondre

    Knit Spirit

    11 janvier 2011

    C’est une super idée ce club de lecture ! Je suivrai avec attention tes fiches de lecture du coup car je ne lis quasiment pas de SF et pourtant j’aime ça donc ça pourrait me donner des idées de lecture !

  3. Répondre

    Valérie

    11 janvier 2011

    PS: si tu aimes la SF/fantasy, je te conseille LE bouquin que j’ai préféré de mes lectures de 2010, en plus c’est un auteur français, c’est pas si courant: « La zone du dehors » d’Alain Damasio c’est un peu un 1984 à la française, dans l’esprit

  4. Répondre

    Arnaud-k

    11 janvier 2011

    J’ai hésité longuement à me l’acheter chez Virgin la semaine dernière et tu m’as convaincu… de ne pas l’acheter !

    Merci

  5. Répondre

    Larcenette

    11 janvier 2011

    Valérie > Non, j’aime bien le gris, dans Neverwhere de Neil Gaiman par exemple, c’est tout gris, mais c’est bien
    Et je note la zone du dehors, merci!

    KnitSpirit > Ah, et en plus on rend service? ça c’est chouette (mais c’est pas dit que mes « critiques » littéraires soient foudroyantes concernant les livres que j’aime) Etrangement, c’est souvent quand je n’aime pas un truc que je trouve plus d’argument que l’inverse :p

    Arnaud > va lire les commentaires sur Amazon, la majorité de ceux qui l’ont lu sont dithyrambiques sur le roman!

  6. Répondre

    TardisGirl

    11 janvier 2011

    Bon, moi je fais partie de ceux qui ont aimé :p J’ai trouvé ce livre différent mais intense et l’écriture vraiment belle.

  7. Répondre

    Francois

    11 janvier 2011

    Je te rejoins. « La route », je m’attendais a être retourné, bouleversé… mais non. Passé le constat que le monde est mort (à la page 10) la seule issue possible est la mort des deux protagonistes a plus ou moins long terme. bof bof donc.

    … et la route de Kerouac je suis dedans bizarrement.

  8. Répondre

    helene

    11 janvier 2011

    Bon bah il était dans ma liste Amazon, je le dégage alors
    Les grandes longueurs descriptives, très peu pour moi !

  9. Répondre

    fif

    11 janvier 2011

    Ah oui d’accord.
    « Étrangement, c’est souvent quand je n’aime pas un truc que je trouve plus d’argument que l’inverse »
    A part « j’ai pas aimé », y’a pas trop d’argument, en fait.

    « J’ai pas compris » aurait été plus à propos.
    Ou, je n’aime pas le thème de la religion et la renaissance (c’est un peu le thème sous-jacent du bouquin).
    Et comparer La Route au bouquin de Kérouac c’est genre, je trouve pas de mot.

  10. Répondre

    annouchka

    11 janvier 2011

    Ahah, ça tombe bien j’avais pas l’intention de le lire depuis que j’ai vu la bande-annonce du film, et je suis désolée que tu aies perdu ton temps !
    C’est toujours rageant de tomber sur des mauvais romans (du moins, des romans qui ne nous plaisent pas) mais c’est souvent le cas quand les critiques en font des éloges, on est souvent déçu. J’avais eu le même tour avec l’Elégance du Hérisson, tout le monde en parlait comme le bouquin de l’année et je l’avais trouvé chiant au possible.

  11. Répondre

    Larcenette

    11 janvier 2011

    TardisGirl > ah mais c’est bien ce que je dis, la majorité a aimé. c’est donc que c’est plutôt bon. ça l’est même. Mais c’est juste que moi, ça m’ennuie, c’est tout

    François > En fait, au final, je m’attendais à rien. Je pensais qu’ils allaient continuer à marcher et c’est tout…

    helene > ah mais attends, il est fort possible qu’il te plaise. il prend aux tripes pas mal de monde. Voir, la majorité des gens en fait

    fif > ah, dire juste que je n’ai pas aimé est un peu court. J’aime bien expliquer pourquoi je n’aime pas quelque chose. Après, on est bien d’accord que parler en toute objectivité d’un gout personnel me parait déplacé.
    Et je ne compare par la Route à sur la route. Le seul point commun, c’est que ça parle d’une route, c’est tout. Après les sujets et les styles narratifs sont à mille kilomètres au moins l’un de l’autre…
    Mais j’apprécie le sous entendu de « Je te prends un peu pour une crétine ». ça a le mérite d’être clair. merci. Je resterais polie donc moi aussi.
    J’avais en effet compris que ça parlait de renaissance et d’un monde nouveau émergeant. Mais bon. Vu que t’as l’air vachement plus malin que moi, et que toi tu as un cerveau, je te remercie donc d’avoir apporté ta contribution.

    annouchka > j’avoue que vu le nombre de bouquins que j’ai dévoré quand j’étais ado, j’ai de plus en plus de mal à trouver LE bouquin qui me scotche. J’ai lu l’élégance du herisson, c’est pas le bouquin de l’année, mais j’ai trouvé ça émouvant. Mais je suis un peu une guimauve, c’est facile :p

  12. Répondre

    balbc

    11 janvier 2011

    Après une auto analyse extrêmement poussée, j’en ai déduit que c’était ce livre qui m’avait filé la gastro hier.

    Si.

  13. Répondre

    mikomatic

    11 janvier 2011

    J’hésite à lire la Route, à force d’avoir lu trop de critiques. (et je pense que je n’ai plus le courage de lire des bouquins long et lents -cf Seigneur des Anneaux Tome.1-)

    Par contre j’ai lu Wolrd War Z, et j’ai beaucoup aimé. On a même envie de croire que ça pourrait vraiment arriver!

  14. Répondre

    Pia

    11 janvier 2011

    Moi j’ai adoré, j’ai trouvé ça très paradoxal, lent et en même temps extrêmement dense, terriblement désabusé quant à l’état de l’humanité et porteur d’espoir. Et plus que religieux, spirituel. Vraiment bouleversant.
    J’étais vraiment d’avoir pu passer un peu de temps en votre compagnie à tous ! J’ai super hâte de découvrir ta sélection le mois prochain…

  15. Répondre

    Pia

    11 janvier 2011

    P.S : et fais-nous un site !

  16. Répondre

    Working Geekette

    11 janvier 2011

    Humm je n’avais déja pas aimé le film mais là alors après cette critique c’est sûr que je ne lirais pas le livre

    Par contre très sympa l’idée du club de lecture !

  17. Répondre

    casajordi

    12 janvier 2011

    …Je comprend ton point de vue mais je suis dans « l’autre côté » ! J’ai été littéralement scotché par ce roman.
    C’est un peu comme les monochromes de Klein ! De loin, c’est « juste » un applat de bleu, tout bête, et puis quand on s’approche, quand on observe, il se passe vraiment quelque choses de fort.
    Dans cette histoire, c’est du noir, un noir profond, épais. Et cette économie de mot, de descriptions ahurissante. McCarty nous offre l’expérience du vide, du néant…Il fait froid dans ce livre, la lumière manque, et quand on le referme, on à juste envie de se prendre une grande bouffée d’air frais…
    …Et si j’était du coté d’Opéra, j’hésiterais pas une minute, même si je l’ai déjà !

  18. Répondre

    Sparadra

    12 janvier 2011

    J’aurais bien envie d’écrire un roman de 318 pages pour expliquer à quel point j’ai aimé « La route » et dire que ça m’a foutu de l’émotion bien profondément au-dedans de mois, mais y’a quelqu’un just au-dessus de mon com’ qui vient de s’exprimer de manière tellement juste que je trouve inutile d’en rajouter une couche. Pour moi, c’est un must-have, et après tout le dark de l’épopée et le bonjour tristesse de la fin, la dernière note est quand même un peu porteuse du principe de « positive attitude » que chantait une grande artiste y’a pas si longtemps. J’ai kiffé.

  19. Répondre

    Valou

    12 janvier 2011

    Je n’ai pas lu le livre mais vu le film que j’ai adoré.
    J’ai un penchant perverse pour les films apocalyptique/fin du monde, genre: I’m legend avec Will Smith.
    The road est bien plus glauque encore que I’m legend.
    Ce n’est même pas vraiment comparable.
    Je trouve que leur instinct de survie est super bien décrit dans le film.
    Ca m’avait même donné envie de lire le livre…

  20. Répondre

    SACASTAR

    15 janvier 2011

    on espere pour toi que tu liras des choses plus gaies a l avenir !

  21. Répondre

    Jade

    17 janvier 2011

    C’est marrant parce que j’ai lu ce roman en espagnol et j’ai trouvé les phrases très courtes, très rythmées! Comme quoi la traduction et la langue entrent beaucoup en jeu

  22. Répondre

    Knit Spirit

    1 février 2012

    Un an après, je reviens ici pour te dire que finalement, j’ai lu ce livre et contrairement à toi, je l’ai adoré !
    Le style d’écriture est très perturbant mais je trouve que c’est ce qui fait tout le charme du livre.
    Désormais, il ne me reste plus qu’à voir le film pour compléter le tableau.

Laissez votre commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenue chez Larcenette
Paris, France

Hello, bienvenue sur le blog de Larcenette. Dans la vraie vie, je m'appelle Sophie, j'ai 40 ans et ça fait plus de 15 ans que j'habite Paris. J'aime voyager, manger et découvrir de nouvelles saveurs et j'aime prendre des photos de tout et n'importe quoi ! :)

J’ai écrit ça aussi
Le tricot solidaire vous attend !
Mes adresses préférées à Paris
Mes derniers tweets
  • Être piéton à Paris > être piéton à Naples 🚶🏻‍♀️☠️ (Ils conduisent comme des fous, pire qu’à Marseille, je pensais… https://t.co/5gFav0qSBI

    Tweeted on 10:18 AM Sep 17

  • Le saviez-vous ? Florence est une ville de #vélo. Comme le Réseau express vélo à @Paris, la Bicipolitana est un rés… https://t.co/L0dE9APgfT

    Tweeted on 08:43 AM Sep 15