Ma vie, mon blabla

« Ce que nous espérons pour notre fils… »

By
on
18 octobre 2013

« On ne demandera pas plein de choses à notre fils, on essaiera de ne pas se projeter en lui, ni de lui demander de nous supporter quand on sera vieux. Non,  la seule qu’on lui demandera c’est d’essayer d’être heureux dans la vie… »

Ce sont les paroles d’une de mes amies, jeune maman d’un petit garçon qui a plus d’un an maintenant (et qui se reconnaitra sans aucun doute ) et après cette conversation que nous avons eu sur la responsabilité d’être parent, sur l’importance d’accompagner un enfant, sans y projeter toutes ses attentes personnelles (et la difficulté qui en découle), elle a sorti cette phrase ; phrase issue d’une longue réflexion qu’elle a eu avec son mari et sur ce qu’ils souhaitaient pour leur petit. Parce qu’ils savent que l’enfant ne doit rien à ses parents puisqu’il n’a pas demandé à venir sur cette terre, et qu’au final, la seule chose que des parents devraient espérer pour leur enfant, c’était ça : réussir à être heureux dans sa brève existence terrestre.

Famille des années 60

Et j’en profite pour l’illustrer avec la photo de ma famille paternelle quand mes oncles et tantes (et mon père) étaient tout petits

Et je vais sans doute faire dans la sensiblerie, mais je trouve cette réflexion vraiment jolie : au delà de cette envie de se reproduire, de combattre la mort d’une certaine manière, il y a cette constatation qu’on fait des enfants pour soi avant de les faire pour eux. Et que cette envie doit aussi s’accompagner d’une forme d’abnégation et d’admettre que l’enfant qu’on a puisse ne pas être celui qu’on a espéré.
Ce futur adulte devra simplement être accompagné pour profiter au mieux du temps qui lui est imparti sur cette terre, et que comme dirait quelqu’un : Je n’ai qu’une seule vie, il s’agit de ne pas la gâcher…

(et je pense que ce petit garçon aborde l’existence avec de chouettes parents )

TAGS
RELATED POSTS
6 Comments
  1. Répondre

    Blandine

    18 octobre 2013

    Tellement !
    La tentation est grande de « vouloir le meilleur » via la projection. C’est facile d' »investir » son enfant de responsabilité, parce qu’on ne veut pas le voir « échouer » là où nous avons nous même failli.

    • Répondre

      Sophie

      18 octobre 2013

      Je n’ai pas d’enfants, mais je vois bien les jeunes parents autour de moi qui cherchent, se tâtent pour faire au mieux avec leurs petits. Et je constate que non, il n’y a pas de manuel pour être parents…

  2. Répondre

    MissBrownie

    18 octobre 2013

    Joli billet

  3. Répondre

    lucilov

    18 octobre 2013

    :,) j’ai la petite larmichette à l’oeil ! En effet quand on met au monde un enfant il y a des tas de questions qui se posent Moi je dirai j’espère qu’il sera heureux et qu’il rendra les autres heureux, et du coup le monde un peu plus beau

  4. Répondre

    b.

    18 octobre 2013

    « Il te faudra du courage, et un certain détachement, tu n’as pas fini d’en entendre, plus d’une fois serrer les dents. On te demandera ce que tu veux faire de ta vie, si tu en as une petite idée, comme si on voulait te la voler. On te demandera ton âge, ta nationalité, tu entreras dans la grande course. Un conseil : reste en dehors, laisse à ceux qui sont intéressés ce sentiment stupide de supériorité. On te demandera de te positionner, d’avoir des convictions, un avis, pour mieux te donner l’impression que tu existes, que tu es représenté et représentatif. Mais tu existeras sans ça, j’en suis persuadé.

    Encore une fois, reste en dehors, encore une fois, échappe toi.

    Chaque mauvais coup te rappellera que tu n’as pas encore tout vu, et plus tu vieilliras, plus cette certitude t’accompagnera.Le bonheur a ses limites, le pire n’en a aucune. Tu apprendras l’adversité dans les yeux de ceux que tu as aimés, tu apprendras la douleur dans les yeux de ceux que tu as blessés. N’oublie jamais la colère, n’oublie jamais la fierté, rien de plus déprimant qu’une tête de victime. Rien de plus destructeur que le renoncement. Je ne cherche pas à noircir le tableau, mais je sais que toi aussi à un moment donné, tu te demanderas sans doute si tout ceci n’était rien d’autre qu’un cadeau empoisonné.

    Si tu as un ami, si tu as un amour, si tu as au moins quelqu’un qui où que tu ailles attend toujours ton retour, tu apprendras qu’une tonne d’ordures paraît moins lourde qu’un gramme de diamants purs. Que tu peux très bien être millionnaire, tout en étant en permanence à découvert. Aussi paradoxal que cela puisse paraître après ce qui vient d’être entendu, aussi paradoxal que cela puisse paraître : bienvenue. »

    Michel Cloup/Expérience

  5. Répondre

    mlp

    18 octobre 2013

    Belle réflexion et tu aurais pu terminer par Kipling (… Et tu seras un homme mon fils )
    Et pour la photo merci qui ….. Merci manie

Laissez votre commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenue chez Larcenette
Paris, France

Hello, bienvenue sur le blog de Larcenette. Dans la vraie vie, je m'appelle Sophie, j'ai 40 ans et ça fait plus de 15 ans que j'habite Paris. J'aime voyager, manger et découvrir de nouvelles saveurs et j'aime prendre des photos de tout et n'importe quoi ! :)

J’ai écrit ça aussi
Le tricot solidaire vous attend !
Mes adresses préférées à Paris
Mes derniers tweets
  • Mon balcon a bien aimé la neige aujourd’hui ^^ https://t.co/Gqf1eF5OsK

    Tweeted on 12:03 PM Jan 16

  • Je ne vois pas du tout ou est le problème. (Elle aurait grandi dans le nord, elle ne verrait pas le problème non pl… https://t.co/BNcqfgsgso

    Tweeted on 01:29 PM Jan 14